Combien rapporte une médaille aux Jeux Paralympiques?

Les Jeux Olympiques de Londres sont terminés, mais les amateurs de sport ne doivent pas s’en faire: le coup d’envoi des Jeux Paralympiques est donné ce mercredi. Il s’agit du plus gros évènement sportif au monde concernant les athlètes avec un handicap physique.

Aux Jeux Olympiques, les athlètes belges qui se hissaient dans le top 8 de leur discipline recevaient des primes individuelles, qui pouvaient atteindre 50.000 euros en cas de médaille d’or. Ces primes sont sponsorisées par le Fonds Inbev-Baillet Latour, qui soutient financièrement les athlètes depuis les Jeux Olympiques de Pékin. Mais qu’en est-il des athlètes handicapés ?

Pas de primes individuelles

Les athlètes paralympiques ne peuvent pas prétendre à ces primes individuelles. Malgré tout, le Fonds prévoit une somme annuelle qui sera divisée entre divers athlètes handicapés. Le Comité Paralympique Belge détermine chaque année à quel sport et quels athlètes sera consacré le montant.

Jusqu’à l’année passée, la prime annuelle était de 50.000 euros. Depuis 2012, elle est montée à 75.000 euros par an. De plus, la prime est doublée les années de Jeux Paralympiques. C’est donc 150.000 euros qui seront divisés entre les athlètes cette année. "Nous accordons le même montant aux Special Olympics, destinés aux athlètes avec un handicap mental" raconte Alain De Waele, secrétaire-général du Fonds Inbev-Baillet Latour. "Nous avons deux préoccupations : d’une part, remettre une somme à l’athlète lui-même, pas à l’organisation. D’autre part, nous voulons les encourager à développer de nouveaux sports".

Objectif: l'épanouissement par le sport

De Waele nous explique pourquoi il n’y a pas de prime par médaille pour les athlètes paralympiques: "Les Jeux Paralympiques et les Special Olympics n’ont pas pour but d’être le meilleur athlète. Plutôt de donner la possibilité aux handicapés mentaux et physiques de s’épanouir à travers le sport. C’est pourquoi nous ne supportons pas spécialement ceux qui sont les meilleurs, mais bien le développement des sports dans sa globalité".

L’argent est utilisé pour acheter du matériel, payer les entraîneurs et les coachs, mais aussi payer les frais de transport. "Les frais de transports s’avèrent moins importants que d’habitude, car Londres est très proche. Mais quand les Jeux se tenaient à Pékin, c’était moins évident de transporter les athlètes, leurs chaises roulantes et leur matériel en avion."

Grâce aux primes du Fonds (entre autres), ce sont 40 athlètes belges qui défendront nos couleurs à Londres jusqu’au 9 septembre. En 2008, seulement 21 athlètes belges avaient pu participer.

Retour à la liste