Comment choisir entre votre emploi actuel et une offre alléchante ?

Publié : vendredi 20 janvier 2017

Vous avez récemment reçu une offre d'emploi bien plus alléchante que le job que vous exercez en ce moment. Vous prenez votre courage à  deux mains et vous allez voir votre boss pour lui faire part de la nouvelle. Situation… tendue, qui peut le devenir davantage si celui-ci vous propose une contre-offre et vous demande de rester. Les experts s’accordent sur une chose : vous ne devez pas l’accepter.

Pendant votre période de préavis, votre employeur peut se rendre compte de la valeur qu’il perdra avec votre départ. Il pourrait être tenté de rectifier le tir en vous faisant une contre-offre. Le problème, c’est que cette contre-offre pourrait n’être qu’un leurre : souvent, le but de votre employeur est de vous garder suffisamment longtemps avant de trouver votre remplaçant idéal. En effet, vous avez perdu sa confiance, il n’a pas l’intention de vous garder sur le long terme, mais il veut néanmoins profiter de vos compétences jusqu’au dernier moment.

Voici quelques trucs pour déjouer la contre-offre de votre employeur actuel :

  1. Ne révélez pas le salaire proposé par votre futur employeur

Tina Nicolai, coache professionnelle en recherche d’emploi explique : Si vous décidez de faire part de votre nouveau salaire à votre boss, il pourrait se rendre compte que c’est l’argent qui vous motive à quitter l’entreprise. Par conséquent, votre patron pourrait surenchérir avec davantage d’argent, une prime, une promotion ou de meilleurs horaires de travail, pour vous contraindre à rester. 

La solution Répondez à  cette question de la façon suivante : J’ai accepté de rester discret sur les avantages salariaux.

> Voir aussi : 5 astuces surprenantes pour négocier votre salaire

  1. Demandez-vous pourquoi vous avez envisagé un autre emploi

Vos motivations étaient-elles purement pécuniaires ? Ou n’étiez-vous pas satisfait du travail que vous effectuiez ? Peut-être êtes-vous à la recherche de nouveaux défis, de nouveaux collègues, d’une nouvelle culture d’entreprise ou de flexibilité au travail ?

Peut-être voulez-vous changer de secteur pour suivre vos véritables passions ? Si vous acceptez la contre-offre de votre patron actuel, vous ne rencontrerez jamais ces objectifs. En effet, vous vous grillerez définitivement auprès de votre futur employeur, qui perdra confiance en vous.

  1. Sachez que vous serez sur un siège éjectable

Votre employeur peut vous proposer une contre-offre parce qu’il veut vous garder assez longtemps pour vous trouver un remplaçant digne de ce nom. Il est plus avantageux pour lui de payer votre salaire quelque temps, plutôt de se retrouver avec des dossiers en retard. Mais, en exprimant votre souhait de quitter le bateau, vous vous êtes définitivement grillé auprès de votre boss. Qui vous laissera partir dès qu’il aura trouvé votre remplaçant.

  1. Demandez-vous comment vous serez traité si vous acceptez la contre-offre

Si vous acceptez une contre-offre, vous serez épié dans l’entreprise. Tout le monde saura à  présent que vous cherchez un nouvel emploi. Si votre patron a augmenté votre salaire , il attendra de vous un travail plus assidu. Or, votre fonction n’aura pas changé.

Quelle sera votre motivation à répondre à ces attentes ?

  1. Demandez-vous si vous êtes vraiment estimé pour le travail que vous faites

Si vous avez déjà  tenté d’améliorer les choses au boulot, de demander un salaire plus attractif, un nouveau titre, un meilleur horaire ou des congés, et que la situation ne s’était jamais améliorée avant votre demande de préavis, la contre-offre de votre employeur est très probablement tournée à son avantage. Si votre employeur était vraiment sincère, il vous aurait déjà  offert ces avantages auparavant.

> 7 signes qui montrent qu’on ne vous écoute pas

  1. Comment ne pas perdre les deux offres

Dans l’idéal, vous ne devez discuter la contre-offre avec votre employeur qu’à  partir du moment où vous avez officiellement accepté un autre emploi (après avoir reçu l’offre par écrit et avant d’y avoir répondu). Si vous décidez de refuser cet emploi, vous devriez envoyer une lettre à  votre ex-futur employeur, pour le remercier de son offre, du temps qu’il vous a consacré, de l’énergie et des efforts qu’il a consentis dans les procédés d’entretien et d’embauche, tout en déplorant de ne pouvoir accepter le job. Préparez-vous à recevoir une réaction de fort mécontentement et de déception.

En revanche, si vous avez décidé de rejeter la contre-offre de votre employeur actuel, faites-le poliment et respectueusement. Vous pourriez être amené à  refaire affaire avec lui à l’avenir. Peut-être sera-t-il un client un jour. Le monde est petit ! Commencez par remercier votre boss de sa contre-offre en disant : Je suis sincèrement flatté, mais la machine est lancée et je ne peux plus me rétracter. Je me rends bien compte que mon départ vous place dans une situation difficile. C’est pourquoi je m’attacherai à  mettre de l’ordre dans mon travail, à  faire des notes au sujet de toutes les affaires dont je m’occupe et à  dresser une liste des personnes compétentes que vous pourriez engager à ma place.

Une semaine après avoir quitté la société, envoyez une note de remerciement pour les leçons que vous avez apprises auprès de votre ancien employeur.

Vous n'êtes pas satisfait par votre job? Consultez nos 1200 offres d'emploi de qualité !

Source : Forbes

Retour à la liste