Comment entre-t-on dans le monde de la télé et combien y gagne-t-on ?

Publié :

Différents métiers, chacun sa spécificité

C'est une équipe de métiers très différents qui collabore pour produire une vidéo, et chacun a sa spécificité. " Autour du réalisateur, je citerais trois métiers principaux: le scénariste, qui couche un concept sur le papier, le directeur photo, qui donne le cachet et le style à  l'image proposée au téléspectateur, et le chef monteur, qui donne rythme du programme après le tournage, " explique Michel.

" Il ne faut pas oublier le cameraman, l'ingénieur son, la maquilleuse, décorateur, le machiniste, le chef électro et le régisseur plateau, sur le plateau, et le monteur et l'infographiste en postproduction, " précise-t-il. " Mais la taille de l'équipe varie aussi très fort selon les projets. "

> Voir aussi : 15 métiers où l'on gagne plus de 6.000 euros par mois

Un boulot bien payé?

A chaque métier, son salaire : " En Belgique, il n'existe pas de grille des salaires, contrairement à  la France, l'Angleterre, ou les Etats-Unis. Ici, il existe toutefois une sorte de consensus, qui fait qu'on sait combien nous coûte chaque métier pour une journée, selon le type de projet (pub, télé, fiction, etc.). "

C'est la maison de production qui rémunère les divers intervenants, mais il est difficile d'en apprendre énormément sur les tarifs. " Pour donner une idée de base, un directeur photo touchera entre 1000 et 1200 euros par jour pour une pub. Mais ce montant peut très vite augmenter, selon sa notoriété, par exemple, " révèle tout de même Michel. " Un scénariste est quant à  lui rémunéré selon un forfait à  l'émission : nous les payons environ 150 euros par production, pour l'écriture et le suivi. Ils doivent en effet pouvoir adapter le texte si nécessaire et répondre aux questions des téléspectateurs. "

Détail important pour les producteurs belges de demain: les métiers de la télé sont moins bien payés en Belgique, " car le marché est trop petit par rapport à  d'autres pays, " explique Michel.

> Voir aussi : Les 15 métiers les plus dangereux pour la santé

La meilleure formation: sur le terrain

Il existe trois écoles principales en Belgique francophone qui forment aux métiers de la production et de la réalisation : l'IAD, l'INSASS et l'INRACI. Mais c'est sans conteste l'expérience accumulée sur le terrain qui compte le plus. C'est même le critère principal pour sélectionner un collaborateur, selon Michel : " Nous regardons leurs expériences et leurs réalisations avant le diplôme dont ils sont bardés. "

> Voir aussi : Top 10 des métiers qui rendent le plus heureux

Beaucoup d'appelés, peu d'élus

Le monde du ciné et de la télé semble très fermé. Mais il ne le serait pas plus que n'importe quel autre. Michel et Brieux s'accordent à  dire qu'il est sans aucun doute beaucoup plus difficile de monter un restaurant 3 étoiles. " Mais ce milieu garde naturellement un coté un peu secret, magique, qu'il ne faut pas entièrement démystifier ".

A ceux qui souhaiteraient donc pénétrer dans ce monde, Brieuc conseille l'audace et la persévérance : " Quelqu'un qui a des idées et qui se donne les moyens de les réaliser arrivera à  se faire sa place: l'implication dans le travail paie. Il faut oser : oser des projets, oser se lancer. " Et Michel d'ajouter: " Il faut oser aller frapper aux portes dans les maisons de production, s'insérer en stage, même si c'est pour servir le café au début. C'est le meilleur moyen pour observer, apprendre en direct, poser des questions, se créer des relations. "

> Découvrez les jobs à pourvoir dès maintenant !

Retour à la liste