Comment gérer l'homosexualité au travail?

Alors que Jodie Foster dévoile son homosexualité lors de la cérémonie des Golden Globes, entre 340.000 et 800.000 personnes ont défilé dimanche contre le mariage entre personnes du même sexe à Paris. L'homophobie est-elle aussi vivace dans le monde de l'entreprise?

"Faire son coming out" n’est pas une chose évidente. Comment gérer l'homosexualité dans la vie professionnelle?

'Coming out' au travail?

Le "coming out" n’est pas un fait unique. Lorsque l’on rencontre une nouvelle personne, quand on déménage, quand on change de travail, à chaque fois, il faut décider de le dire ou non.  Le "coming out" n’est pas sans risque, que ce soit au travail ou dans la sphère privée. Il est difficile de prédire comment les gens vont réagir et on ne peut pas influencer leur réaction. Bien qu’avec le temps, les collègues hétérosexuels aient adopté un comportement plus tolérant envers leurs collègues homosexuels, cela ne signifie pas qu’il n’y a plus de problème sur le lieu de travail.

Certains travailleurs ayant dévoilé leur orientation sexuelle à leur travail se retrouvent ainsi confrontés à des comportements hostiles, des remarques et des blagues sur les homosexuels ou les lesbiennes. Parfois, cela va même plus loin. Il est alors question de discrimination dans l’obtention d’une promotion ou d’avantages extralégaux par exemple, de harcèlement moral comme la propagation de rumeurs de harcèlement sexuel, la remise en question des capacités professionnelles de l’intéressé, des remarques et des allusions homophobes, etc.

Heureusement, il en va également autrement. Il y a des HoLeBis qui ne rencontrent aucun problème à leur travail quant à leur orientation sexuelle. Ils entretiennent de bonnes relations avec leurs collègues et la direction. Il ressort d’une enquête qu’ils sont, entre autres, plus productifs et plus motivés.

Faire son coming out au travail constitue un choix personnel mais il est important de pouvoir évaluer l’ouverture d’esprit qui règne au sein de l’organisation. Cacher son orientation sexuelle a pour inconvénient qu’il faut chaque jour peser ses mots et contrôler ses mouvements pour ne pas "se montrer sous son vrai jour". Cela entraîne une peur perpétuelle d’être démasqué, ce qui peut provoquer une baisse du bien-être psychosocial et toutes les conséquences que cela engendre (une productivité en baisse, un état de santé moins bon, etc.).

Un collègue homosexuel?

On n’est pas obligé de dire qu’on est homosexuel ou lesbienne. Si l'un de vos collègues est homosexuel mais n’ose pas le dire, n’essayez pas d’arracher des aveux. Laissez-lui le temps et l’espace de décider de le dire ou non. Comment gérer cette situation?

  1. Continuez à traiter tout le monde de façon juste et respectueuse.
  2. Réfléchissez aux préjugés que vous pourriez avoir.
  3. Donnez l’exemple en ne vous livrant pas à un comportement stigmatisant ou à des remarques.
  4. Ecoutez votre collègue s’il a besoin d’en parler. Prenez le temps qu’il faut et gardez l’information confidentielle.
  5. Ne propagez pas de commérages et gardez vos éventuels soupçons pour vous.

Evitez les préjugés ou les jugements hâtifs: ce n'est pas parce que votre collègue parle ou se comporte d’une certaine manière, que cela veut dire pour autant qu’il/elle est HoLeBi.

Si un collègue vous a confié qu’il ou elle est homosexuel(le), adoptez une attitude discrète et confidentielle face à cette nouvelle.

Le choix de "faire son coming out" devant le reste de l’entreprise est un choix personnel. Comment soutenir votre collègue dans ce cas ?

  1. Dans cette situation aussi, écoutez votre collègue s’il éprouve le besoin d’en parler.
  2. Aidez-le à peser le pour et le contre de faire un coming out au travail.
  3. Demandez-lui comment vous pouvez le/la soutenir du mieux possible.
  4. Laissez le/la libre de prendre une décision. N’insistez pas et respecter le choix qu’il/elle a fait.

Et l’entreprise ?

Cela vaut la peine de prêter attention à la diversité au sein de l’entreprise! Vos travailleurs se sentiront plus en sécurité et plus impliqués. Un environnement de travail ouvert où tout le monde se sent plus à l’aise contribue à une atmosphère positive et cela se reflète également dans le comportement des collègues entre eux et avec les clients, fournisseurs, etc. Les travailleurs tombent moins souvent malades, prestent mieux et il existe une plus grande loyauté.

Pour l’entreprise, le grand défi est de valoriser la différence et d’accepter l’autre dans son individualité. Ceci n’est pas uniquement une question d’information, de règles, de contrôle ou de système de plaintes, mais c’est surtout une question d’attitude et de comportement.

Une culture de la diversité riche profite à tous les travailleurs!

Texte: Ellen Claes, conseillère de prévention pour les aspects psychosociaux chez Arista

Retour à la liste