Comment me rendre visible pour un recruteur ?

Date de publication: 20 nov. 2018

véa

Véa Waroux, Talent Acquisition Specialist l People, Technology & Futur of Work

 

Qui je suis ?  Véa ! Enchantée… 

Psychologue en organisation, je travaille dans les ressources humaines depuis maintenant une petite dizaine d’années.  J’ai commencé ma carrière sur Bruxelles en tant que consultante HR au sein d’entreprises à haute valeur innovante (technologique, engineering et biotech). J’étais responsable des recrutements sur base des subsides reçus. Il s’agissait d’un travail en collaboration avec les équipes de management et la direction.

Ensuite, je suis devenue DRH, pour une mission de deux années au sein d’une entreprise en Biotechnologie Liégeoise. Je possède également une expérience en cabinet pur et dur de « chasseur de tête » pour des profils engineering. 

Je me passionne également pour toutes les nouvelles formes d’innovations HR, comme le gaming, la cooptation, l’onboarding, les modèles organisationnels des start-up, etc… Bref ! Nice to meet you! 

Dans ces secteurs, démarrer des processus de recrutement, c’est « chaud ». 

Pourquoi ? Parce que tout simplement, il est extrêmement rare qu’une PME en Biotech dont le produit est la vente de « cyclodextrine, substance utilisée pour permettre d’encapsuler diverses molécules,  contre l’asthme et la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)» paraisse attirante de l’extérieur. Sauf si vous êtes une grosse organisation style GSK ou Baxter et que votre « job » est d’éplucher les centaines de CV qui vous tombent dessus. Dans notre jargon, l’un n’a pas d’employeur branding alors que le second est absolument bien positionné sur le marché.

Il y a donc quelques années d’ici, que vous soyez une « pme » ou une » grosse boite » : il suffisait de publier une offre, recevoir les CV et au pire « engager » en fin de processus. 

Maintenant il faut se rendre à l’évidence : la guerre des talents est finie !  Les talents l’ont gagné, et les talents, c’est vous ! Oui toi, qui vient de terminer ton parcours scolaire, tu as acquis une somme de compétences que tu es prêt à mettre à disposition d’une entreprise. 

Mais comment faire ? Ben oui, tu n’es pas le seul, il y’a quelques petits copains avec toi dans cette aventure : « engagez-moi je suis trop top ».  

Il y a, pour résumer « grossièrement », des data. Linkedin : 116 millions d’utilisateurs. Facebook: 2, 27 milliards.

Alors, c’est pour ça que je donne régulièrement une conférence au salon Talentum intitulée:

« Comment me rendre visible pour un recruteur ? » Par laquelle je vais te raconter l’histoire d’une DRH qui « source »…. 

Au commencement, il y a un constat : Josiane va nous « péter » dans les mains avec son surplus de travail, Nicolas montre quelques signes d’irritabilité face à son volume d’heures, il y a des rushs de commande (un peu de trop même). Donc réunion au sommet : Département finance & HR « moi non plus je t’aime » et par la suite validation du comité de Direction. 

Département Finance : Voilà le budget ! 

Département HR: Voilà les compétences nécessaires à pourvoir, compétences qui s’articulent pour une fonction appelée (imaginons) Project Manager (c’est vendable à coup sûr) et sur le marché (le benchmark) c’est une personne qui ne travaillera jamais (toujours anticiper la phase de négociation) en dessous de… autant. 

Après, une stoïque négociation avec Philippe du département finance (alors je te recrute qui tu veux, mais sache que 10 ans d’expérience avec un tel budget autant lui proposer dans le package des gommes en leasing, on ne sait jamais ça peut être attractif, non ?). Mais au final, on a notre job description. En gros mon outil de travail avec lequel je vais pouvoir « vous trouver », vous « attirer ».  Mais attention, à l’heure actuelle, « balancer » une offre dans le monde des data (rappel : 116 millions de personne sur Linkedin), autant jeter une bouteille à la mer !

 

Good HR swear sneakers. 

Et c’est là que finalement, comment me rendre visible pour un recruteur, c’est surtout et avant tout : nous « aider » à vous trouver ! 

J’ai un poste ouvert, tu es là quelque part (mais où ?) et fin de semaine je sais que Philipe me lancera un petit « Et quoi tu trouves ? », mais surtout j’ai une équipe en surcharge de travail qu’il faut rapidement soulager….

Et donc moi, je trace, je diffuse, je « harponne » : Plates-forme de recrutement en ligne, forum de recrutement virtuel, réseaux sociaux (LinkedIn, twitter, Facebook), etc…

Nous y sommes : la réalité est que la transformation digitale a impacté la manière de communiquer entre nous (recruteurs- candidats). Attention, ce n’est pas pour autant la fin des bons vieux CV et lettre de motivation …. Surtout pas ! C’est juste que nous allons devoir se parler en « algorithme ». 

Linkedin : où le lieu Tinder du recruteur-candidat. 

On en a parlé : me rendre visible pour un recruteur, c’est me donner toutes les chances d’être repéré. Mais ça se passe dans le monde virtuel, du digital, qui possède une règle de base : les algorithmes. C’est sympa en soi : je cherche un mot sur Google et Bam, j’ai tous les mots se référant à ma définition première. Linkedin, c’est la même chose : si je tape technicien de laboratoire, il va me sortir l’ensemble des profils ayant ce « mot » existant dans leur description. 

Tu comprends ? Tu peux être le « meilleur » profil du monde, avec un profil Linkedin non « rempli » on va jamais être en « match ».

 

Comment ne pas se « swiper » et démarrer la conversation : 

Un profil Linkedin c’est ton « personnel branding ». Mon quoi ? Ton personnel branding, mon quoi ? Ta carte de visite professionnelle virtuelle. 

Donc ça se prépare, ça se réfléchit : je conseille toujours de faire le point : mon parcours, mes formations, compétences acquises (Linkedin propose suffisamment de mots clé en ce sens). 

Expérience dans la vente : j’abuse des mots clés BtB, BtC, customers negotiation…. 

Expérience en tant qu’ingénieur : Automation, autocar, six lean sigma…

Prenez le temps de réfléchir sur qui vous êtes professionnellement et ensuite, d’abuser des mots-clés pouvant te définir. Parce que moi, c’est comme ça que je vais te trouver, par mot-clé.  

Une fois ce travail réalisé, c’est comme le jour de ton inscription à l’unif : Tu remplis les cases ! 

  • Résumer : c’est ta punchline ! Commence par un « Hello » et en deux trois lignes tu te décris. Professionnellement !
  • Adresse mail valide : pas ton adresse quand tu étais étudiant à l’HELMO, alors que ça fait plus de trois ans que tu es sorti.
  • Numéro de GSM correct : pas celui de ta maman, ta sœur, de ta copine/copain, le tien ! Avec une messagerie vocale professionnelle !
  • Historique de ta formation. 
  • Historique de tes expériences. 
  • Solliciter des recommandations (maître de stage, mémoire, etc.) 

Voilà, déjà avec tout ça on peut se croiser, se parler et envisager le « match ». Se rendre visible pour un recruteur, c’est pouvoir également diffuser des articles intéressants, intégrer des forums, se connecter avec d’autres personnes… ce n’est pas « statique ». 

L’inverse est vrai pour toi « young starter » : le sourcing, utiliser les data à des fins commerciales a du sens. Cible tes clients (pense petit), personnalise (Bonjour Robert -> alors que c’est véro de la compta! Tu laisses tomber) et JAMAIS JAMAIS tu proposes un « date » du premier soir… Tu crées de la valeur : tu expliques non pas ce que tu fais : on s’en fout mais en quoi tu vas répondre à un besoin. Et là, tu es gagnant. 

Quand je suis en négociation avec un candidat « haut profil », tu ne vas pas lui expliquer comment sera sa journée de travail, tu lui expliques en quoi son boulot aura du SENS : Work it’s not a job ! Sales it’s not a fact, it’s about co-creation. 

You Win ! Tu as toutes les cartes en main pour que je vienne te « trouver » et entamer la conversation. C’est ce que je disais au tout début de l’article : « la guerre des talents est finie, le talent a gagné » Mais c’est à toi de te discipliner à te démarquer de manière non pas intelligente, mais de manière adéquate avec un mode de langage différent. 

Good Luck & See you soon Buddy ! 

 

Besoin de conseils, services ou formations en RH ?

Ecrire à Véa ?