Passer au contenu principal

Comment nos e-mails polluent la planète

Date de publication: 16 sept. 2020

La pollution numérique est un sujet peu connu pour certains. Et pourtant, elle est bien réelle. Le secteur informatique consomme environ 10% de l’électricité mondiale, selon des chiffres de l’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (ADEME). Comment réduire cette pollution par de petits gestes au bureau ?

mail

Chaque heure, environ 10 milliards d’e-mails sont envoyés à travers le monde. Un geste anodin de la vie professionnelle, qui a pourtant un énorme impact sur la consommation d’énergie. De quelle façon ? Car derrière l’envoi et le stockage d’un message électronique, il y a des serveurs informatiques qui travaillent sans cesse. On estime qu’un simple e-mail parcourt quelque 15 000 kilomètres de câbles pour arriver à destination. En 2014, l’ADEME estimait que l’envoi d’1 Mo (mégaoctet) était égal à 15 grammes de CO2. Si vous faites le compte en fin d’année, vous pouvez facilement arrivé à une consommation de plus de 300 kg de CO2 pour seulement 30 e-mails chaque jour sur une période d’un an. 

>> A lire aussi : 5 erreurs à éviter dans un mail professionnel

Comment réduire cet impact ?

Impossible évidemment d’arrêter définitivement l’envoie d’e-mails au travail. Mais avec quelques efforts, il est facile de réduire drastiquement la pollution numérique qu’ils engendrent au quotidien : 

- Réduire au maximum les mails inutiles. Si vous devez communiquer une information à un collègue qui se trouve à deux pas, levez-vous…

- Ne pas mettre en copie des personnes qui ne sont pas indispensables. 

- Installer un logiciel anti-spam

- Se désabonner des newsletters qui inondent littéralement votre boite mail.

- Vider sa corbeille régulièrement. Ce sont des données stockées inutilement  et qui prennent de la place et de l’énergie.

>> Retrouvez toutes nos offres d’emploi