Comment oser dire « non » au boulot ?

Date de publication: 12 août 2020

« Tu peux reprendre mon dossier ? », « T’es disponible samedi pour me remplacer ? », « Tu pourrais faire quelques heures supp’ ce soir ? ». Nous sommes constamment bombardés de questions désagréables sur notre lieu de travail. Si certains n’ont aucune difficulté à répondre par la négative à toutes ces sollicitations, d’autres n’osent pas dire non. 

non

Relativiser

Les raisons de ne pas oser dire non sont nombreuses. Si la demande émane de votre supérieur, vous aurez peut-être peur de mal vous faire voir, de décevoir, voire de vous faire virer ! Si c’est un collègue qui vous sollicite, vous craignez de jeter un froid dans votre relation et d’engendrer une mauvaise ambiance de travail. Pas de panique ! Pensez que si ces personnes ont atteint des positions hiérarchiques ou sont très appréciées au travail, c’est justement car elles ont osé dire non dans leur carrière. Apprenez à relativiser. Vous n’allez pas vous mettre toute l’entreprise à dos pour un refus. Au contraire, vous montrerez que vous vous affirmez. 

Y aller pas à pas

Oser dire non se travaille. Pratiquez des exercices simples au quotidien. Si vous répondez « oui amen » à tout, la spirale ne s’arrêtera jamais. Vous serez sans cesse sollicité. Pire, vous serez considéré comme la bonne poire. Prenez votre courage à deux mains, et apprenez à dire non pas à pas. D’abord pour des choses futiles, et ensuite pour des demandes plus importantes. Vous prendrez doucement confiance en vous.

>> A lire aussi : Dire "non" au boulot en 5 leçons

La méthode JEEPP

Selon le psychologue et coach Raphaël Georges« dire non, c’est aussi s’affirmer en exprimant aux autres ses valeurs, ses opinions, ses émotions et ses limites pour les faire respecter ». Il préconise donc la méthode JEEPP :

J = je. Commencer sa phrase par « J’aimerais, j’e souhaiterais, etc »

E = empathie. Tenir compte de l’autre : « Je comprends mais j’aimerais… »

E = émotions. Indiquer ses propres émotions : « Je suis gêné d’avoir à refuser » et en prenant en compte les émotions de l’autre : « Je comprends que ça te mette dans une position difficile »

P = précis. Etre direct : « Je ne peux pas accepter ta demande »

P = persistance. Répéter le refus avec empathie s’il y a trop d’insistance : « Non, je comprends que tu sois débordé, mais moi aussi j’ai beaucoup de travail »

>> Retrouvez toutes nos offres d’emploi