Comment séduire un recruteur de la génération X ?

Publié : vendredi 19 janvier 2018

Les X sont nés avant 1980. À présent, ils recrutent les Y, nés après. Tous ne sont pas encore formatés par le discours pro-Y, aussi allergiques à  l'autorité qu'aux belles promesses. Comment leur donner envie de vous recruter ?

recruteur génération X

1. Rangez votre smartphone

Dans le hall d’accueil, patientez avec un journal au lieu de checker Facebook. Les X ont des gamins avec un mobile greffé au bout du bras. Ça les agace au plus haut point. Les X ont reçu une éducation traditionnelle. Coincés dans leurs élans à  cause des baby-boomers, ils en ont bavé pour monter les échelons. Et ont dû se conformer aux règles. Aussi, respectez les mêmes codes qu’eux. Même si, au fond, ils ont horreur des conventions.

>> À lire : 8 situations où il faut décrocher le téléphone

2. Rassurez le X sur sa suprématie

Contrairement au discours ambiant, le X et l’Y sont de la même espèce. L’Y n’étant que la version plus aboutie. Le X connaît Facebook et Twitter (il ne vit pas non plus dans une grotte), mais en matière de web, il place l’Y parmi les demi-dieux. Bien sûr, vous disposez de compétences que ne détiennent pas les X, y compris leurs supérieurs hiérarchiques. Seulement, ne vous leurrez pas : non, vous n’êtes pas le supercandidat qui va redresser la boîte et impulser une nouvelle stratégie. Vous êtes un poussin, un junior, un novice.

3. Ne vous montrez pas impertinent

La plupart des X fonctionnent de manière intuitive. Ils se fient à  leur expérience, leur bon sens, leur connaissance de l’entreprise. Leurs mécanismes sont semblables aux clients d’un supermarché : ce sont des consommateurs idéaux qui cherchent un « produit » qui leur ressemble. Vous devez rassurer le X. Utilisez un langage simple, des phrases courtes, une syntaxe claire. N’abusez pas de métaphores imagées. Il ne doit y avoir aucun doute : vous devez apporter des certitudes.

>> À voir : 10 façons de faire cohabiter les générations au travail

4. Ne brûlez pas les étapes

Ne réveillez pas les angoisses du X en questionnant vos perspectives à  six mois. Pris en sandwich dans son avancement par une armée de baby-boomers et talonné par des Y assoiffés, il est traumatisé. Alors, préparez-vous à  la question « trois qualités, trois défauts ». On la trouve has been, mais elle sort toujours du chapeau des recruteurs X, par pur esprit de vengeance.

>> Vous cherchez un job ? Cliquez ici pour découvrir nos 1.300 offres d'emploi !

Retour à la liste