Coronavirus : et si le télétravail devenait la norme ?

Date de publication: 27 avr. 2020

Selon une enquête menée par le cabinet de conseil BDO, 9 employés et cadres belges sur 10 souhaiteraient effectuer du télétravail un à trois jours par semaine après le confinement.

normeLe télétravail fait désormais partie de la vie de nombreux travailleurs en Belgique, depuis la mise en place des mesures liées à l’épidémie de Coronavirus. Le nombre de Belges en télétravail a été multiplié par cinq depuis le début de la crise. BDO, cabinet de conseil, a mené l’enquête auprès de 1000 cadres et employés belges. Il en ressort que 60% des personnes interrogées disent vouloir travailler à domicile au moins deux jours par semaine après le confinement. 44% veulent télétravailler en moyenne deux jours par semaine, et 18% plus de deux jours. Cette enquête a également révélé que 5% des personnes sondées désiraient passer en télétravail à temps plein. Mais ils sont aussi 5% à ne plus vouloir travailler à domicile dès la fin des mesures. 

>> A lire aussi : Coronavirus : les mauvais côtés du télétravail

60% des sondés affirment être plus efficaces lorsqu’ils travaillent chez eux. En outre, la moitié du panel regrette que leur entreprise n’ait pas de culture ni de politique de soutien au télétravail. « Après la crise du coronavirus, le télétravail ne va certainement être supprimé. Mais si nous voulons vraiment faire du télétravail un élément permanent du marché du travail belge, il est urgent que nos entreprises élaborent une culture et une politique », a déclaré Geert Volders, partenaire de BDO Strategy. 

Avantages et inconvénients 

Le télétravail partiel est donc plébiscité par une majorité de travailleurs belges : gain de temps et d’argent, moins de déplacements et flexibilité sont les principaux avantages pointés du doigt. Toutefois, selon plusieurs études, le télétravail aurait aussi de nombreux désavantages. Selon un rapport des Nations Unies en 2017, 41% des télétravailleurs pointent un niveau de stress élevé, contre 25% des employés de bureau. Selon une enquête Ipsos, 44% des travailleurs pensent que travailler hors du bureau limite les relations entre collègues. 65% des télétravailleurs déplorent le risque de perte du lien social, selon une étude de Malakoff Mederic. 

Pas plus de trois jours par semaine

Pour limiter ces désagréments, l’OIT (Organisation Internationale du Travail) recommande de ne pas travailler hors du bureau plus de trois jours par semaine. Une autre étude affirme que la durée idéale du télétravail serait de 6,8 jours par mois. 

>> Retrouvez toutes nos offres d’emploi