Covid-19 : des milliers d'employeurs n'ont pas respecté les règles sanitaires

Des milliers d'employeurs belges ont été contrôlés et accusés de ne pas avoir respecté les protocoles de sécurité sanitaire. C'est ce qu'il ressort des derniers chiffres de la Direction Générale du Contrôle du bien-être au travail, publiés par L'Echo.

règles sanitaires

Depuis l'arrivée du Coronavirus en Belgique, la Direction Générale du Contrôle du bien-être au travail a élaboré une stratégie afin de contrôler les employeurs et s'ils respectaient les règles sanitaires mises en place pour limiter la propagation du virus comme la distanciation sociale ou le port du masque.

Les derniers résultats viennent d'être publiés par le journal L'Echo et ont été obtenus sur demande de la parlementaire Nadia Moscufo (PTB) et validés par la porte-parole du SPF Emploi, Sandy Deseure.

Ce qu'il ressort :

Entre le 18 mars et le 28 août dernier, le service de Contrôle du bien-être au travail a effectué 4.700 contrôles au sein des entreprises, en présentiel, dont plus d'un millier entre mars et avril, 2.700 en mai et juin et plus de 900 pendant les vacances d'été.

En outre, 1.630 contrôles ont été réalisés à distance (par téléphone) sur base d'une check-list. La plupart des contrôles (1.501) ont eu lieu en mars et avril lors du confinement.

Des différences régionales

Durant la même période, des manquements aux règles ont été constatés sur pas moins de 3.233 lieux de travail, répartis différemment selon les régions. Dans la région bruxelloise, seuls 198 employeurs ont été pris en défaut au cours de 66 contrôles à distance et 266 contrôles sur place. Dans la province d'Anvers, pas moins de 671 employeurs n'ont pas respecté les règles, constat établi au cours de 112 contrôles à distance et 763 contrôles en présentiel. En Flandre Occidentale, 328 contrôles ont été réalisé en distanciel contre 1.198 sur place. Résultat : 1.064 constats de non respect des règles ont été dressés.

Au total, ce sont 3.039 employeurs qui ont reçu un avertissement entre le 18 mars et la fin août. Parmi eux, seuls 168 ont été sommés de se mettre en ordre dans un délai donné et seuls 15 cas on fait l'objet d'un 'pro justicia' pour être signalés à la Justice. 84 sociétés ont dû fermer leurs portes.

>> A lire aussi : Près de 9 entreprises sur 10 respectent les règles sanitaires

>> Découvrez toutes nos offres d'emploi