Covid, quel impact sur l’insertion socioprofessionnelle des universitaires ?

Le Covid et l'emploi

L’UCLouvain a mené une enquête sur l’impact de la pandémie sur l’insertion socioprofessionnelle de ses diplômés, en comparant les chiffres de 2021 à ceux de 2020 et de 2018. Conclusion : le Covid ne freine plus l’accès à l’emploi.

A l’automne dernier, l’UCLouvain menait une enquête auprès des diplômés sortis en janvier, juin ou septembre 2021, dans le but d’étudier l’impact de la crise sanitaire sur leur insertion socioprofessionnelle. Les résultats montrent un impact bien moins important en 2021 qu’en 2020. Un diplômé sur cinq indique avoir rencontré des difficultés durant sa recherche d’emploi en raison de la crise sanitaire, alors qu’ils étaient 57% en 2020. Parmi les diplômés en 2021, 71% étaient rémunérés trois mois après l’obtention de leur diplôme. Soit un pourcentage nettement plus élevé que lors des enquêtes menées en 2020 (65%) et en 2018 (62%). Et parmi les diplômés à l’emploi trois mois après la remise de leur diplôme, le délai de recherche était similaire à celui des diplômés 2018, soit avant la crise sanitaire.

Rebonds de l’économie… et des diplômés

Seulement 11% des diplômés en 2021 confiaient se faire du souci pour leur avenir professionnel en raison de la crise sanitaire. Ce pourcentage était de 40% au sein de la cohorte 2020. Philippe Hiligsmann, vice-recteur aux affaires étudiantes, explique que « la recherche d’emploi était nettement moins difficile en 2021 qu’en 2020. En 2021, 44% ont des diplômés ont adapté leurs exigences en acceptant un emploi en-dehors de la cible de leur formation, par exemple. Ils n’étaient plus que 16% en 2021. Nous sommes ravis de voir que les résultats pour 2021 sont bons. En 2020, il y avait certainement un manque d’offres d’emploi à cause du confinement, qui a forcé des fermetures et provoqué une perte de croissance. En 2021, la reprise économique était importante, ce qui a eu un effet positif sur l’employabilité des diplômés. Les gens comme l’économie ont rebondi. Les diplômés et les entreprises se sont aussi adaptées au contexte et les étudiants ont sans doute anticipé leur recherche d’emploi et leur insertion alors qu’ils étudiaient toujours, en effectuant des stages et une formation supplémentaire. »

Depuis plusieurs années, toutes les universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles sondent leurs jeunes diplômés pour évaluer leur insertion professionnelle, mais toutes ne disposent pas encore des chiffres concernant leur dernière cuvée. A l’UMONS, l’enquête relative aux diplômés de la promotion 2020-2021 ne sera lancée qu’en mai 2022, tandis qu’à l’ULB les résultats de la dernière enquête sont en cours d’analyses. « L’ULB réalise ses enquêtes en interne afin d’évaluer l’insertion professionnelle de ses diplômés 15 à 18 mois après l’obtention de leur diplôme, explique Valérie Bombaerts, du service communication. La structure de ces enquêtes reste identique d’une année à l’autre, mais elle est adaptée en fonction du contexte, ici la crise sanitaire. »

Du côté de l’ULiège, l’enquête 2020-2021 est en cours. Didier Moreau, responsable médias et relations presse souligne que « depuis plus de 10 ans, l’ULiège réalise chaque année une enquête sur ses nouveaux diplômés, et une aussi cinq ans après l’obtention du diplôme, mais nous n’avons pas encore de données pour ce qui concerne l’insertion professionnelle durant la pandémie. »

Des chiffres stables

« Si l’on examine le nombre de mois nécessaires aux diplômés UMONS pour trouver un premier emploi, il reste sensiblement identique entre la promotion 2018-2019 et 2019-2020, indique Charlotte Jauniaux, responsable des relations médias. A savoir que plus de 9 étudiants sur 10 trouvent un emploi en moins de 6 mois et 8 sur 10 en moins de 3 mois. » A l’ULiège, les résultats globaux des enquêtes réalisées depuis 2010 permettent de faire ressortir que 23% des étudiants trouvent un travail avant l’obtention de leur diplôme, 52% dans le mois de celle-ci et 81% après six mois. 91% des répondants déclarent que leur emploi a un lien avec leurs études et 90% se disent satisfaits ou très satisfaits de l’emploi occupé, tant du point de vue de l’intérêt de celui-ci, qu’en termes de conditions de travail et d’adéquation avec leurs qualifications. A l’UCLouvain, neuf diplômés et diplômées sur 10 ayant trouvé un travail se disent satisfaits ou satisfaites de leur situation professionnelle.

 

Retour à la liste