Culture d'entreprise des banques et des sociétés d'assurances

On ne peut pas dire qu'il y ait une structure d'entreprises commune dans les secteurs des banques et des assurances - surtout pas après une fusion. Mais même dans les institutions qui n'ont pas fait l'objet d'une fusion, cela s'avère difficile parce que ce sont généralement de très grandes entreprises.

Autonomie et liberté d'action

Les collaborateurs attachent une grande importance à  l'autonomie, qui doit leur permettre de prendre des initiatives personnelles. Généralement, il existe peu de jeu dans ce domaine.

Si l'autonomie est la clé de la rapidité et de la flexibilité, la motivation et la constitution de l'équipe sont des conditions importantes. Les cadres inférieurs ont souvent l'impression d'être abandonnés à  leur sort. Les coordinateurs sont à  ce point absorbés par leur travail, qu'il leur reste peu de temps pour 'encadrer' leurs cadres.

Dans les entreprises fusionnées, l'esprit d'entreprise est mis à  mal par les lourds systèmes de contrôle qui engendrent souvent beaucoup de paperasseries inutiles.

On dénote une différence entre les sièges principaux et les agences locales. Dans ces dernières, généralement plus petites, règne une ambiance informelle au sein de laquelle la participation et les initiatives personnelles sont très appréciées. Dans le cadre du siège principal, la spécialisation est la règle (chaque employé a une tâche spécifique) tandis que dans les agences locales, la polyvalence est un atout (connaissance de plusieurs produits).

Communication, savoir et information

La communication et la transmission du savoir et de l'information se font le plus souvent par l' Internet, le courrier électronique, par la diffusion de brochures, par des cours ou par la communication entre collègues... La communication au personnel des niveaux inférieurs laisse beaucoup à  désirer. Les changements sont plus souvent imposés plutôt que décidés en commun. Il existe par ailleurs tout un réseau de canaux d'information informels. Après une fusion, il n'est pas rare de voir nommer un accompagnateur régional d'intégration.

Les réunions sont un autre moyen de communication très utilisé. La structure propre à  ces sociétés permet d'organiser facilement des réunions. Par contre, l'efficacité n'est pas toujours au rendez-vous.

Vous aurez la possibilité de suivre des formations. Celles-ci sont directement liées à  l'emploi et n'englobent pas, par exemple, des sujets comme le la gestion du temps.

Entreprises instructives

De nombreuses personnes croient que les institutions de banque et d'assurances sont à  ranger parmi les organisations instructives. Des éléments à  relever :

  • Gestion des erreurs: le secteur tolère les erreurs, mais son attitude est moins laxiste que par le passé.
  • Importance de la connaissance: les chances de suivre des formations sont multiples. Le partage des connaissances est important et se manifeste au cours des concertations de travail et des réunions.
  • Liberté d'action : les employés ont l'occasion de prendre des initiatives (grâce à  des concertations, des réunions, des boîtes à  idées, ...), mais il n'est pas sûr qu'il en soit tenu compte. Il n'est pas évident non plus de mettre en œuvre des initiatives nouvelles tant ces méga-organisations sont paralysées par une structure lourde. Les décisions stratégiques sont toujours prises au plus haut niveau.
  • Organisation horizontale: on dénote une grande disparité entre les différentes sociétés et départements.

Source: Vlerick Leuven Gent Management School

Retour à la liste