Dans les coulisses de Franco Dragone

Franco Dragone Entertainment Group est un fabricant de rêves qui emploie 360 personnes et recrute en permanence les profils les plus variés. Entrez dans le spectacle.

Une vingtaine d'événements développés en Europe, en Asie et sur le continent américain. Et, depuis bientôt douze ans, Franco Dragone Entertainment Group. Une entreprise qui fournit du travail à  360 personnes. Qu'on soit athlète, artiste, couturière, graphiste, gestionnaire de projet ou technicien... chacun peut postuler. Le groupe ne cesse de recruter !

C'est en 2000 que Franco Dragone, revenu en Belgique après vingt années de voyages et de créations à  travers le monde, décide de fonder Franco Dragone Entertainment Group (FDEG) à  La Louvière. Le concepteur et metteur en scène des premiers spectacles du Cirque du Soleil se positionne alors comme un entrepreneur décidé à  créer de l'emploi dans une région épuisée par ce qu'il appelle " les pirates d'industrie ". Sa région, celle qui l'a vu grandir.

FDEG conçoit, produit et met en scène des spectacles qui allient prouesses artistiques et maîtrise technologique, en intégrant toutes les disciplines du spectacle vivant. L'entreprise recrute des athlètes en effectuant des auditions ou des repérages dans les compétitions sportives, mais de nombreux profils sont également recherchés pour répondre à  l'ambition de son fondateur : créer les spectacles les plus extraordinaires du monde, mélangeant sophistication et universalité tout en restant populaires, pour offrir une évasion du quotidien. On lui doit A New Day, le spectacle que Céline Dion a présenté à  Las Vegas de 2003 à  2008, ainsi que Le Rêve, un show aquatique qui se tient toujours dans la même ville. En septembre 2010, c'est à  Macao que le groupe se développe en y offrant 450 représentations par an du show aquatique et aérien The House of Dancing Water.

Depuis ses débuts, le groupe s'est également spécialisé dans la conception et l'organisation d'événements spéciaux et ponctuels aux quatre coins du monde. À ce jour, ce deuxième axe de développement a permis la création d'une vingtaine d'événements aussi divers qu'un fastueux mariage indien organisé à  Venise, un spectacle unique réalisé à  Pékin pour célébrer les quarante ans de coopération économique belgo-chinoise ou encore la cérémonie d'ouverture des Jeux sud-américains à  Medellà­n, en Colombie. Quant à  La Louvière, ville d'adoption de Franco Dragone, elle connaîtra la 5e édition de l'opéra urbain Décrocher la lune, le 29 septembre prochain.

Recherche talents multiples

Franco Dragone assure personnellement la direction artistique de chaque spectacle ou événement, mais s'entoure de personnes venues d'horizons variés. Chaque projet est d'abord un chantier où se croisent, se confrontent et s'épaulent des expériences, des savoir-faire, des talents. Le chorégraphe et metteur en scène franco-italien Giuliano Peparini, adjoint de Franco Dragone pour The House of Dancing Water, s'est vu confier l'ensemble de la chorégraphie. Le dramaturge belge Vincent Engel est conseiller exécutif et chargé de missions. " À ce titre, je m'occupe, entre autres, de la supervision du projet Na(h)da (lire l'article par ailleurs), mais aussi de l'élaboration de documents de fond comme le texte de la charte d'entreprise. " " FDEG recherche régulièrement une gamme très large de profils ", confie Sabrina Hottart, responsable des ressources humaines. Sur le site www.dragone.be , chacun peut remplir un formulaire de candidature en ligne pour un poste précis ou de façon spontanée. " Pour The House of Dancing Water, nous recherchons principalement des athlètes d'élite avec une formation de gymnastique, acrosport, plongeon de haut vol et divers arts du cirque, notamment trapèze fixe et sangles ", précise Sabrina Hottart. " Il y a également des danseuses avec une formation professionnelle de danse contemporaine et classique, des pilotes de moto (FMX) et des spécialistes en formation de pyramides humaines. Il faut souligner que FDEG prépare également d'autres spectacles aux quatre coins du monde avec des profils encore plus variés. Dans le but d'élargir notre répertoire, nous sommes constamment à  la recherche de nouveaux talents, de nouveautés à  proposer aux metteurs en scène, de concepteurs de performance acrobatique... À ce titre, nous recherchons aussi des innovations dans presque tous les domaines pour les intégrer dans de nouveaux spectacles. Ceux-ci ne se réalisent pas sans profils techniques, de gestion de projets, administratifs, RH, finance, IT... Les profils techniques recherchés sont à  la pointe de l'innovation en matière de sons, de lumières, de projections vidéo... " Tôt ou tard, la plupart des fonctions sont amenées à  voyager. Certains passeront plusieurs semaines, voire plusieurs mois, qui à  Macao, qui à  Las Vegas.

Trois pôles d'expertise

Pour servir ses créations, Franco Dragone a développé, au sein de son groupe, des pôles d'expertise : développement d'images, d'illustrations et d'animations, création de costumes et d'accessoires, innovations technologiques qui repoussent les limites artistiques, casting... Ces compétences sont au service de tous ses spectacles, bien sûr, mais elles sont également proposées à  d'autres créateurs.

1. Le casting

À Lint, non loin d'Anvers, dans l'énorme studio aménagé par Alfacam (un groupe fournisseur de services audiovisuels), quinze jeunes athlètes s'entraînent à  effectuer des performances bien éloignées de leurs disciplines habituelles. Au sol, en l'air ou dans l'eau, ils travailleront d'arrache-pied pendant trois mois. Ils s'envoleront ensuite pour Macao afin d'intégrer le spectacle The House of Dancing Water. La préparation totale dure six mois.

Créé à  Macao en septembre 2010, The House of Dancing Water a déjà  enchanté plus de 1,2 million de spectateurs. Aujourd'hui, les premiers artistes recrutés arrivent au terme d'un contrat de deux ans. Certains ont signé pour une nouvelle période, d'autres seront remplacés par les nouvelles recrues en formation. Matthew Jessner, directeur de casting, insiste sur le fait que la formation dispensée à  Lint consiste avant tout à  " déprogrammer tout ce que les athlètes ont appris pendant vingt ans, afin de les remodeler par une formation spécifique au spectacle, qui est très éloignée de leur réalité. Nous leur apprenons un vocabulaire de base. Tout le monde doit pouvoir sauter dans l'eau d'une hauteur de 10 m. Certains sautent de 14 m et même de 26 m ! Chacun apprend aussi à  se servir d'une bouteille de plongée. Le travail de préparation est énorme ! "

2. L'illustration

Le département " illustration " du groupe est la source de chaque spectacle. Actuellement, huit à  neuf temps pleins y travaillent. On y trouve des dessinateurs, des infographistes, des réalisateurs d'images vidéo... " Mais comme nous menons souvent plusieurs projets de front, il arrive que nous fassions appel à  des indépendants et que nous soyons une vingtaine sur le pont ", explique Jean-Luc Gason, responsable du département. " Actuellement, il y a cinq ou six projets en cours, à  des stades de développement différents. Les expertises des pôles de compétences du groupe sont également mises à  disposition de productions extérieures. En illu, ce que nous vendons le plus, ce sont des images vidéo ", précise encore celui qui a étudié le cinéma à  l'Inraci.

Pour Martin Leroy, ancien caricaturiste de presse dont les croquis d'audiences judiciaires ont été publiés jusque dans le Times, " le travail chez Dragone est super varié, contrairement au dessin de presse qui devient vite routinier. Ici, c'est un atelier de recherche graphique où on part dans tous les sens. Franco Dragone évoque un thème, comme “ Casanova ” ou “ Fellini ”, et nous nous lançons dans du dessin “ 4 par 4 ”. Ce sont quatre dessins en noir et blanc sur une même page. Ils déclinent une même idée, comme l'ouverture d'un spectacle sur “ Casanova ”. Franco en sélectionne un des quatre et, à  partir de là , nous créons des textures, des décors, des personnages. Tous les dessins sélectionnés, puis retravaillés sont placés dans un folder qui sera présenté au client. C'est très gai parce qu'on peut aller dans l'excès graphique, le merveilleux et le délire total, sans contrainte d'argent ! On est seul maître à  bord. Pour un dessinateur, c'est beaucoup plus gai que le travail dans une agence de pub, où on ne fait que des logos et du lettrage ! "

3. Les costumes

Tous les costumes portés par les artistes du groupe Franco Dragone Entertainment sont réalisés dans les ateliers louviérois où l'on trouve modélistes, coupeuses, textiles designers, accessoiristes et une quinzaine de couturières. Seules les chaussures sont réalisées par un chausseur canadien. La plupart des costumes doivent être remplacés tous les trois mois, certains durent à  peine un mois, tant ils sont sollicités. Réalisés sur mesure pour chacun des artistes, ils sont aussi adaptés aux changements morphologiques qu'entraîne une pratique intensive de performances à  la fois artistiques et sportives. Et chaque artiste doit disposer de deux sets de costumes pour les jours où il assume deux représentations. " Cela représente 250 à  300 costumes par spectacle ", explique Myriam Lyssens qui a intégré le groupe dès le début et dont le rôle a évolué en même temps que le département lui-même.

Comme d'autres, Angelina Mellino et Françoise Michaux ont travaillé dans des ateliers de confection binchois avant qu'ils ne ferment. La première est couturière depuis dix ans pour Franco Dragone. " C'est tout un changement, cela n'a rien à  voir avec le travail à  la chaîne. Ici, on doit toutes savoir faire un vêtement de A à  Z. Quand je me suis présentée, on m'a fait savoir qu'une des conditions d'engagement était d'être prête à  voyager. À l'époque, j'avais 45 ans, mais les enfants ne vivaient plus à  la maison. J'ai réuni un conseil de famille et les enfants m'ont encouragée à  partir. J'ai été engagée en septembre et en janvier, je partais à  Las Vegas pour le spectacle de Céline Dion ! Ça m'a beaucoup plu, mais c'est quand même difficile de rester loin de sa famille pendant trois mois et demi. " Françoise, quant à  elle, vient d'une confection pour homme très classique et travaille pour Dragone depuis trois ans. " Je suis aussi emballée qu'au premier jour et je suis très fière d'avoir obtenu le poste de responsable de coupe pour le spectacle Le Rêve. J'ai eu la chance d'aller à  Las Vegas deux fois. "

Fanny Haesebrouk est accessoiriste. Ce 8 juillet, cela fera dix ans que celle qui voulait devenir styliste travaille pour FDEG. " J'ai démarré dans l'entreprise avec un contact avec Céline Dion, que j'ai tressée. C'était inimaginable ! C'est encore plus woaw que ce que j'espérais ! "

Na(h)da, l'expérience inédite ?

Franco Dragone Entertainment Group lance un appel à  tous ceux qui voudraient se joindre à  une expérience inédite : participer à  un spectacle avec des non-professionnels, sous la direction de Franco Dragone. Ce projet théâtral, Na(h)da, se construira sur la thématique du " presque rien qui fonde toute l'humanité " et sur les héros de la vie ordinaire. Quels que soient son âge, son parcours de vie, sa situation actuelle, chacun peut y participer. Il suffit d'envoyer sa candidature. À la fin de l'été, des auditions seront organisées dans tout le pays pour sélectionner ceux qui participeront à  l'aventure d'un spectacle à  la manière Dragone, à  travers toutes les étapes du processus créatif, de la formation à  la prestation.

Intéressé ? Visitez le site www.nahda.be et inscrivez-vous sans tarder !

 

FDEG en chiffres

75 millions de personnes ont un jour vu un spectacle signé Franco Dragone

360 personnes travaillent pour FDEG, dont 264 à  Macao (chiffres de décembre 2011)

250 millions de dollars : le coût total du spectacle The House of Dancing Water, qui réunit 90 personnes sur scène à  Macao et se jouera pendant dix ans

300 pièces de costumes sont fabriquées chaque mois dans les ateliers de La Louvière

Texte: Caroline Dunski

Retour à la liste