De l'univers des systèmes à celui des tablettes

Unisys est une société où, manifestement les collaborateurs se sentent bien : l'ancienneté moyenne y est de dix-neuf ans. À l'heure de rajeunir les cadres, l'entreprise met en exergue sa propre mutation censée séduire les plus jeunes générations.

Acteur historique dans le monde de l'informatique, Unisys s'est transformé d'un spécialiste orienté « systèmes » vers un partenaire orienté « clients ». Une mutation qui lui permet d'attirer de nouveaux profils, intéressés par la notion de end-user experience. Le point avec Gert Roeckx, Country Manager pour la Belgique depuis octobre dernier.

L'image d'Unisys est en train de changer. Pour quelles raisons ?

Notre groupe s'est historiquement construit une forte réputation dans les systèmes alors qu'il est beaucoup plus focalisé aujourd'hui sur l'utilisateur final, son expérience, sa satisfaction : c'est la raison pour laquelle nous utilisons le terme de people computing. Qu'il travaille sur un ordinateur au bureau, sur une tablette dans un train ou sur un portable à  la maison, l'utilisateur doit pouvoir rester dans la même sphère, déployer la même efficacité et au besoin être rapidement assisté.

Quels sont vos clients ?

Essentiellement de gros acteurs internationaux que nous servons, en Belgique, à  l'échelle locale. Un géant actif dans le fast moving consumer goods, par exemple, fait appel à  Unisys dans le monde entier et nous nous assurons du service à  la filiale belge. Nous avons aussi nos clients « locaux », comme ce groupe chimique belge que les filiales locales d'Unisys servent dans ses diverses implantations internationales.

L'ancienneté moyenne, dans votre entreprise, est de dix-neuf ans. Dans l'informatique, c'est une éternité !...

Certains de nos collaborateurs affichent même plus de trente d'expérience. Ils ont donc une connaissance parfaite de leur métier, mais sont aussi confrontés aux changements de celui-ci. Leur défi, c'est non seulement de s'adapter à  l'évolution technologique, mais de trouver constamment de nouveaux challenges. C'est une responsabilité partagée : quelles sont les compétences que l'on peut mettre en exergue dans ce nouvel environnement ? Quels sont les clients auprès desquels ces qualités seront les plus pertinentes ? Ce qui est très important, c'est que toutes les parties y trouvent leur compte : le client, Unisys et le collaborateur bien évidemment.

Les nouveaux recrutements sont-ils essentiellement liés au remplacement des départs à  la retraite ?

Ils sont liés à  notre croissance et à  cette obligation de remplacement. Nous sommes dès lors très ouverts au recrutement de profils juniors que nous allons pouvoir former et qui vont bénéficier de ce transfert d'expérience. Notre objectif est d'équilibrer davantage nos effectifs, non seulement sur le plan de l'âge, mais aussi sur le plan de la diversité. Nous souhaitons aussi attirer davantage de femmes, ainsi que des profils en provenance tant du nord que du sud du pays.

Les jeunes connaissent-ils Unisys ?

Nous bénéficions d'une bonne notoriété : notre marque est connue, bien établie. Mais les gens ignorent peut-être la réalité de notre activité aujourd'hui. Nous devons donc être plus proactifs, communiquer ce que nous faisons et dans quelle mesure c'est utile sur le marché. Avant de vouloir travailler chez nous, les gens ont légitimement envie de comprendre où se situe notre valeur ajoutée. Nous communiquons dès lors sur la technologie, mais aussi et surtout sur les histoires qui se cachent derrière cette technologie : des centaines de millions de transactions sur nos serveurs chaque jour, des clients prestigieux parmi lesquels la Commission européenne que nous aidons à  automatiser de nombreux processus au profit des États membres, entre autres.

Êtes-vous présents sur les campus ?

Nous invitons plutôt les jeunes à  venir nous visiter. Nous les accueillons et leur faisons découvrir ce que nous faisons dans un véritable processus d'échange interactif, où toutes les questions peuvent être posées. Souvent, nous concluons cette rencontre par une visite à  notre musée, à  Evere, dont certaines pièces remontent à  la préhistoire de l'informatique. Cela leur permet de découvrir non seulement où l'on va, mais aussi d'où on vient !

Compte tenu de la tension sur le marché du recrutement, votre attitude n'est-elle pas un peu passive ?

Nous adoptons, dans le domaine du recrutement, une démarche ciblée qui est comparable à  notre approche du marché : nous nous focalisons sur quelques clients auxquels nous proposons le meilleur service. C'est la même philosophie sur le marché de l'emploi : notre cible est limitée, et nous veillons à  ce que nos démarches envers ces candidats soient les plus pertinentes.

Comment définissez-vous votre attractivité ?

D'abord par notre vision : il est très important de travailler dans une société qui a une stratégie claire, à  long terme, en particulier pour les jeunes qui démarrent leur carrière. Ensuite, par le fait que nous sommes focalisés sur la end-user experience, et dès lors moins sur la technologie en tant que telle que sur ce qu'elle délivre au client. Les jeunes comprennent très bien cette notion, car c'est celle qu'ils vivent au quotidien, dans leur propre univers IT à  la maison. Ils peuvent donc très aisément trouver leurs marques dans ce que nous faisons.

Des éléments différenciateurs dans votre package salarial ?

Nous sommes en ligne avec le marché, chacun disposant d'un package attractif selon ses responsabilités, sa fonction. Nous sommes aussi flexibles dans l'organisation du travail, dans les limites cependant de la flexibilité de nos clients (en particulier si nos collaborateurs travaillent chez eux), et dans les limites aussi de notre mode de fonctionnement : nos collaborateurs travaillent en équipes et il est donc important qu'ils puissent se côtoyer physiquement, en nos bureaux.

Unisys est un groupe mondial. Cet argument joue-t-il aussi en votre faveur ?

Cela intéresse celles et ceux qui souhaitent avoir cette exposition à  l'international. Un peu moins de 10 % de nos collaborateurs sont effectivement amenés à  travailler dans cette dimension car notre service, même auprès de clients internationaux, est essentiellement local. Quant à  celles et ceux qui souhaitent effectuer une partie de leur carrière au niveau du groupe, la possibilité existe bien évidemment, à  condition d'avoir préalablement fait ses preuves en Belgique.

Quelles sont les qualités des candidats qui sont susceptibles de vous séduire ?

La formation est évidemment importante : nous recrutons à  plus de 80 % des diplômés en IT, qui ont de préférence une spécialisation dans les technologies du Cloud, du Big Data et de la sécurité, entre autres. En sus de ces hard competencies, nous veillons à  nous assurer qu'ils affichent une réelle affinité avec le client. Il faut non seulement que ce dernier reçoive le service à  haute valeur ajoutée qu'il demande, mais aussi qu'il apprécie la manière dont ce service lui a été délivré.

Comment pouvez-vous vous en assurer ?

Cela se fait de multiples de manières. On peut tester cela, mais aussi valider cette affinité par l'expérience du candidat, par le fait qu'il a par exemple effectué des jobs d'étudiant qui lui ont permis d'être en contact avec le client. Ce qui est très important, c'est que nous percevions qu'il peut lui-même en retirer non seulement de la satisfaction, mais aussi de l'énergie, qu'il se sente renforcé par chaque mission réussie.

Benoît July

À la recherche d'un job dans l'ICT ? Découvrez toutes nos offres !

 

Publié :

Retour à la liste