Wallonie : de plus en plus de métiers en pénurie

Date de publication: 14 juil. 2022

En 2022, ce sont 141 métiers qui ont été recensés comme pénuriques dont 52 fonctions critiques, selon le Forem. C'est 31 métiers de plus que l'année passée.

titane aéro industrie mécanique WEB

Comme chaque année, les services du Forem établissent la liste des métiers en tension de recrutement à partir des données issues des offres d’emploi reçues ainsi que de l’apport de conseillers du Forem et d’experts externes représentant des secteurs. Elle comprend 52 fonctions critiques, pour lesquelles les employeurs éprouvent des difficultés de recrutement, et 89 métiers en pénurie de maind’œuvre, caractérisés par un manque de candidats. Au total, ce sont donc 141 métiers qui figurent dorénavant dans la nouvelle liste, soit 15 de plus par rapport à celle établie en 2021.

Une quinzaine de fonctions identifiées comme critiques l’année passée ont quitté la liste (inspecteur de police, assistant commercial, conseiller en prévention, …), tandis que 31 métiers y font leur apparition (analyste de crédit, moniteur d’auto-école, nettoyeur industriel, …). Près d’un tiers de ces 31 nouveaux métiers appartiennent au secteur de l’Horeca, particulièrement touché par la crise sanitaire (commis de cuisine, réceptionniste hôtelier, serveur de bar-brasserie, …). Comme en 2021, le secteur de la construction est le plus représenté avec un même nombre de métiers, 41, dont 4 qui n’apparaissaient pas dans la liste de l’année passée : conseiller en énergie, manœuvre en construction, monteur en structures métalliques et peintre industriel.

De janvier à mai, des offres d’emploi regroupant au total 227.000 postes ont été publiées sur le site du Forem. Plus de deux postes sur cinq concernaient des fonctions critiques et des métiers en pénurie. Les secteurs recherchant le plus de main-d’œuvre sont la construction, l’industrie ainsi que le transport et la logistique. Ensemble, ils totalisent plus de 66 % des postes mis en ligne pour des fonctions critiques. Sur la même période, les cinq métiers les plus demandés sont chauffeur de poids lourd, installateur électricien, mécanicien d’entretien industriel, délégué commercial en services auprès des entreprises et maçon.

La formation pour pallier la pénurie

Actuellement, 45 % des 192.000 demandeurs d’emploi ne possèdent pas de CESS. La formation est donc une porte d’entrée majeure vers une carrière dans un de ces métiers particulièrement recherchés. Le Forem propose près de 350 formations métier, dont 211 concernent des métiers en pénurie. Il est ainsi possible de se former en Wallonie à plus de 80% des 141 métiers de la liste avec le Forem. Les formations sur-mesure ont le vent en poupe. Avec près de 50 formations « Coup de poing pénuries », les entreprises optent de plus en plus pour cette solution de formation en alternance et de recrutement. Pour rappel, au minimum 80 % des demandeurs d’emploi ayant réussi la formation sont engagés via un CDI.

Vous pouvez retrouver toutes les informations sur la situation du marché de l'emploi ainsi que la liste des métiers pénuriques dans le communiqué de presse du Forem.

>> À lire aussi : Les métiers en pénurie se multiplient à Bruxelles

>> Consultez toutes nos offres d'emploi