Demain, tous coworkers!

Quasi inconnu en Belgique il y a un an, le partage d'espaces de travail communs devient super tendance. Le buzz de l'année 2013 ?

Un réseau professionnel réel, pas virtuel

Il serait la panacée pour remédier aux problèmes d'isolement, aux nécessités de réseautage et aux besoins de socialisation. Il, c'est le coworking. Un concept qui propose aux indépendants et entrepreneurs de partager des espaces de travail communs. Inconnu en Belgique il y a deux ans, il émerge en Wallonie et à  Bruxelles. Avant de devenir un véritable phénomène ?

Il s'agit de sentiments que les non-indépendants ne peuvent pas connaître : isolement, manque de motivation, difficultés d'obéir aux rappels à  l'ordre du réveille-matin, impression que vies privée et professionnelle se mélangent dangereusement... Bien sûr, certains freelance vivent parfaitement bien leur obligation de télétravail. Mais pour d'autres, le bureau à  domicile est devenu un enfer.

C'est pour offrir une alternative à  toutes ces contraintes qu'a été créé le coworking. Ce concept, né simultanément dans différents pays du monde il y a environ cinq ans, entend rendre un peu de socialisation à  ceux dont le mot " collègue " ne fait pas partie du vocabulaire courant. " Il s'agit de postes ouverts que les travailleurs indépendants, travailleurs nomades et entrepreneurs peuvent partager, tout en se consacrant chacun à  des projets respectifs ", explique Jean-Yves Huwart, organisateur de la conférence Coworking Europe. Rien de plus simple, puisqu'aujourd'hui, pas mal de professions n'ont besoin pour être exercées que d'un ordinateur portable, un GSM et une connexion Wi-Fi...

Encore inconnu chez nous il y a à  peine un an, le coworking semble désormais passer à  la vitesse supérieure. Il est bien loin, le temps où le Hub, à  Bruxelles, faisait office de pionnier. Plusieurs autres centres ouvrent aujourd'hui (ou sont sur le point d'ouvrir) leurs portes. Il y a d'abord eu le Betagroup et The Loft, toujours dans la capitale, puis l'Espace Rogier à  Liège, le Silversquare de Bruxelles et Anvers, les six centres Bar d'office en Flandre...

Le 8 juin dernier, le ministre de l'Économie Jean-Claude Marcourt a dévoilé les lauréats de l'appel à  projets lancé quelques mois plus tôt dans le cadre de l'initiative Creative Wallonia. Huit centres (situés à  La Louvière, Namur, Charleroi, Liège, Seraing, Tournai, Louvain-la-Neuve et Mons) recevront, pendant trois ans maximum, un subside annuel pouvant atteindre 100 000 €. Objectif : " encourager l'innovation collaborative et la mise en réseau. "

Début juillet, quatre jeunes entrepreneurs ont lancé la société Mobispot. Le pitch ? Donner la possibilité tant aux freelance qu'aux entreprises désireuses de se mettre à  l'heure du télétravail d'acheter des heures d'occupation de bureaux  collectifs (abonnement de 10 heures minimum jusqu'à  1 000 heures maximum) à  utiliser dans un réseau de 27 adresses réunissant aussi bien des espaces de coworking, des business centers et des locaux mis à  disposition par des entreprises souhaitant rentabiliser un espace vide.  " Il s'agit de montrer que le travail à  distance ne doit pas forcément rimer avec le travail à  domicile ", explique Denis Struyf, directeur de projet. 

Mais ce concept s'éloigne finalement du principe de base du coworking, qui se veut différent du business center ou du simple espace de travail partagé.  " Dans un centre de coworking, la notion d'animation est primordiale ", nuance Jean-Yves Huwart. " Il ne s'agit pas seulement de mettre une table et une chaise à  disposition. Tout est fait pour que le networking puisse se mettre en place. " Voire plus, si affinités. Le Hub de Bruxelles a déjà  connu deux mariages et deux naissances...

Aux États-Unis, en Angleterre, en Allemagne, en Espagne, en France et ailleurs, le coworking explose. Idem bientôt en Belgique ? " En tout cas, les choses bougent ", conclut Jean-Yves Huwart. " Même s'il reste encore beaucoup à  faire. Nous sommes persuadés que ce concept deviendra l'univers de travail commun d'une grande partie des indépendants d'ici dix à  quinze ans. " 

Retour à la liste