Des bancs d’université aux toits de Kinshasa

La « débrouillardise caractéristique des Congolais », « la gestion du temps, des imprévus et du budget ». Voici autant de compétences difficiles à valoriser sur un CV… Pourtant, ce sont ces dernières que Marta Cazorla Soult et Elisabeth de Halleux mentionnent en premier lorsqu’elles parlent de leur voyage à Kinshasa.

Durant le mois d’août, les deux étudiantes de la Faculté polytechnique de Bruxelles sont parties, avec deux autres jeunes, dans la capitale congolaise. Un projet mis en œuvre par la Cellule de coopération de l’Ecole polytechnique de Bruxelles qui s’est déroulé au Centre hospitalier mutualiste de Kinshasa.

> Voir aussi : 10 choses à faire si vous ne trouvez pas de travail après vos études

Sur place, leur travail consiste à faciliter la gestion quotidienne du centre. Elles expliquent : « Dans ce centre de santé, comme dans beaucoup d’autres, la gestion administrative est faite sur du papier, ce qui ralentit l’accueil des patients, augmente le risque d’erreur et complique la gestion des stocks et les demandes de financement. » Un projet d’aide au développement veut donner une réponse à ce problème.

> Voir aussi :  « Que faites-vous de votre temps libre ? » La bonne réponse en entretien d’embauche 

Tablettes et application

Leur mission fait suite à un premier projet effectué entre 2013 et 2014 par d’autres étudiants de leur école polytechnique. Ces derniers avaient alors réalisé l’informatisation partielle du centre au moyen de tablettes et des applications facilitant sa gestion.

Mais le système nécessitait quelques améliorations afin de garantir sa durabilité. «Ces installations étaient réussies, mais il était nécessaire d’assurer la disponibilité sur le long terme de ces tablettes et du serveur, face à des problèmes d’instabilité du réseau électrique et de télécoms, de négligence et de vols » , expliquent-elles. Avant de partir au Congo, l’équipe d’étudiants se penche sur ces problèmes. Et modélise une solution. « Nous avons résolu cette problématique en réalisant une armoire destinée principalement à accueillir et sécuriser le serveur et les tablettes, charger ces dernières et offrir un accès réseau afin de permettre entre autres à l’application de gestion de se synchroniser correctement. »

Avec quelques contraintes à la clé. « Notre but était de pouvoir généraliser cette solution et d’assurer sa viabilité sur le long terme. Cette armoire est conçue de manière modulable, facile de maintenance. De plus, elle devra pouvoir être réparée et répliquée en utilisant presque uniquement des pièces et des techniques facilement accessibles au Congo. »

Sur le terrain, ces objectifs se traduisent par la mise en place de diverses installations, dont des panneaux solaires sur le toit de l’hôpital. Pour Marta, leur statut d’étudiante est un plus dans l’expérience. « Le fait d’être présentes dans le cadre de nos études signifiait que nous étions aussi là pour apprendre, pas uniquement pour superviser le projet. Nous avons d’ailleurs beaucoup appris au contact des ingénieurs sur place. »

> A la recherche d'un nouveau challenge? Découvrez toutes nos offres d'emploi. Plus de 2000 jobs disponibles en 2017 !

Publié :

Retour à la liste