Des milliers d'emplois à créer dans les PME

Plus de 28% des PME pensent qu'elles emploieront davantage de travailleurs à la fin 2016 qu'aujourd'hui, cet optimisme relatif aux perspectives d'emploi à un an n'ayant jamais été aussi élevé selon le prestataire de services RH SD Worx qui a mené l'enquête. D'après celle-ci, un lien doit être établi entre le « tax shift », la réduction progressive des cotisations patronales de 33 % à 25 %, et ces prévisions positives.

« L'enquête nous apprend que plus de 11.000 nouveaux emplois devraient être créés, rien que grâce à cette réduction », affirme Marie-Caroline Mathelot, Directeur Business Development pour la Wallonie chez SD Worx. « Outre ce chiffre de base, quelque 18.000 nouveaux emplois pourraient voir le jour. De très nombreux chefs d'entreprise font valoir que cette mesure représente un incitant supplémentaire au recrutement. Autre fait marquant, les mesures de réduction des coûts salariaux ont aussi pour effet de sauver des emplois. Plus de 20.000 emplois seraient passés à la trappe dans les PME si ces mesures n'avaient pas été prises. »

Voici les chiffres sur lesquels se fonde ce commentaire. Quelque 28,3% des PME interrogées pronostiquent un accroissement de leur effectif avant la fin 2016, une moitié d'entre elle affirmant tout de même qu'elles auraient fourni la même réponse sans la baisse des cotisations patronales. Pour 29% des PME anticipant une augmentation de leur effectif, la réduction de la cotisation patronale représente un coup de pouce supplémentaire à l'embauche. Enfin, 19% des PME envisagent d'étoffer leur effectif exclusivement en raison de la baisse à 25% de ces cotisations.

La traduction de ces estimations en créations d'emplois ? SD Worx s'est livré à l'exercice. « En partant de l'hypothèse selon laquelle chacune des PME qui envisage de créer des emplois nouveaux ne recrute qu'un seul travailleur supplémentaire, on obtient (au minimum) les chiffres suivants: 11.347 nouveaux emplois seront créés dans les PME, uniquement grâce aux mesures de réduction, 17.748 nouveaux emplois seront créés dans les PME, notamment grâce aux mesures de réduction, 30.766 nouveaux emplois seront créés dans les PME, sans aucune influence des mesures de réduction. »

La création d'emploi additionnel est un premier enjeu, mais la prévention de la suppression d'emplois en est un second. Environ 62% des PME belges s'attendent à un statu quo de l'emploi pour la fin 2016. « Là aussi, l'impact du tax shift est perceptible », affirme SD Worx. « 11% des dirigeants de PME anticipent un statu quo grâce à la baisse à 25% de la cotisation patronale. Sans ces mesures de réduction, ils s’attendent à une baisse de l’emploi. À raison de 216.968 PME en Belgique, ce sont donc 23.866 emplois qui seront sauvés grâce à la réduction des coûts salariaux. » Ces chefs d'entreprise sont cependant 50,9% à considérer qu'il y aurait eu un statu quo même sans l'effet de la diminution progressive des cotisations patronales à 25%.

On notera enfin une évolution très nette de la confiance des PME belges. Depuis l'été dernier, la proportion de patrons estimant que la baisse des cotisations patronales contribuerait à créer de l'emploi est passée de 7,1 % à 18,7 %, les PME de moins de 5 travailleurs en étant davantage convaincues que les autres.

Par

Publié :

Retour à la liste