Diminution des impôts en 2017, êtes-vous concerné?

En 2017, plusieurs seuils fiscaux vont augmenter. En cause: l’effet de l’indexation automatique prévue dans le code des impôts sur les revenus, explique l’Écho. En voici quelques exemples:

Le minimum imposable sera de 7.270 euros en 2017, contre 7.130 euros en 2016, soit une progression de 140 euros.

> A la recherche d'un nouveau challenge? Découvrez nos 1500 offres d'emploi!

Le minimum imposable est aussi qualifié de “quotité exemptée d’impôt”: en dessous de ce seuil, les revenus sont exonérés d’impôt et au-delà, ils commencent à être taxés”. Pour tous les contribuables dont le revenu sera supérieur à 27.030 en 2017 (26,510 euros en 2016) le montant de 7.270 euros sera d’application. En dessous de ce montant, sa quotité exemptée d’impôt sera de 7.570 euros, contre 7.420 euros en 2016, soit une augmentation de 150 euros.

> Êtes-vous suffisamment rémunéré? Découvrez-le grâce à notre compas des salaires

Pour les contribuables avec personnes à charge, le minimum imposable est relevé. “Ainsi, pour un enfant à charge, la quotité exemptée d’impôt sera augmentée de 1.550 euros l’an prochain, au lieu de 1.520 euros en 2016”. Cet avantage fiscal augmente plus que proportionnellement par rapport au nombre d’enfants, du moins jusqu’au quatrième. En effet, pour un contribuable avec quatre enfants à charge, son minimum imposable sera accru de 14.420 euros en 2017, contre 14.140 euros cette année.

Une personne est considérée à charge du contribuable, lorsqu’elle ne perçoit pas de revenu supérieur à 3.140 euros (2016) et 3.200 euros pour 2017.

> Besoin de connaître votre salaire net depuis le brut ou inversement? Utilisez notre calculateur brut-net 

Une augmentation est aussi prévue pour les limites des tranches d’imposition: ce qui permet à notre fiscalité de s’adapter à la hausse des salaires. “Ainsi, par exemple, en 2017, la tranche de revenu d’un contribuable allant de 12.720 euros à 21.190 euros sera taxée à 40%, contre des limites de 12.470 et 20.780 euros cette année”, termine l’Écho.

Par

Publié :

Retour à la liste