Donner ses congés à un collègue en cas de coup dur ?

Publié : mercredi 3 février 2016 Par

La France avait montré la voie, en légiférant sur base d'une initiative prise par des salariés qui avaient volontairement cédé une partie de leur congés à un collègue afin qu'il s'occuper de son enfant atteint d'une leucémie. La Belgique pourrait suivre cet exemple, deux textes ayant été déposés en ce sens à la Chambre, comme le révèle Le Soir.

Un tel don de congé serait soumis à de strictes conditions, relatives notamment aux circonstances autorisant une telle pratique. Parmi celles-ci, le cas d'un enfant de moins de 21 ans atteint d'une maladie grave ou victime d'un accident, le décès d'un conjoint ou d'un enfant ou encore l'obligation de s'occuper d'un conjoint ou un parent en soins palliatifs, entre autres. 

De tels cas sont, en réalité, déjà prévus par diverses réglementations organisées dans le cadre de la Sécurité sociale comme des congés thématiques ou des crédits-temps, obligeant cependant la personne qui y fait appel à en accepter des conséquences négatives en termes de revenus notamment, et entraînant parallèlement des coûts pour la Sécu . « Dans la proposition que je dépose, le don de congés ne coûte rien à personne, ni à la collectivité, ni à la Sécurité sociale », précise Vanessa Matz, qui porte le texte pour le compte du CdH – une autre proposition a été déposée par le MR.

De nombreux interlocuteurs interrogés par Le Soir se disent favorables au principe du don de congés, du ministre de l'Emploi à la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), cette dernière invitant cependant à bien en mesurer toutes les conséquences. Côté syndical, on est plus réticent, estimant notamment qu'il n'appartient pas aux travailleurs, à titre individuel, de régler un problème de société.

Retour à la liste