Éboueur : et si on revalorisait la profession?

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 12 sept. 2019

Ripeurs, ramasseurs, éboueurs. Les appellations sont nombreuses pour désigner ces travailleurs tout comme les remarques négatives à leur égard. « Ils ramassent nos ordures, ce n’est pas très valorisant », peut-on entendre. Pourtant, il s’agit d’une profession très utile qui demande des concessions.  

éboueur

Il est entre 5 et 6 heures du matin. Vous êtes réveillés par le bruit du moteur et par le bip bip du camion-poubelle qui sillonne votre rue. Vous rouspétez. Mais saviez vous que ce passage aux aurores a été judicieusement élaboré ? En effet, le ramassage des déchets a lieu à des heures matinales afin d’éviter l’obstruction des principales voies d’accès, des zones autour des écoles et des autres lieux très fréquentés.

Depuis plusieurs années, des mesures similaires ont été mises en place. Les autorités régionales tentent même de trouver d’autres solutions et envisagent un travail de ramassage de nuit.

Entre se lever ou se coucher de bonne heure, l’horaire de l’éboueur est donc beaucoup moins tranquille que celui d’un poste administratif…

>> A lire aussi : Le travail de nuit, dangereux pour la santé?

Il n’existe pas de formation spécifique propre au métier de ramasseur – responsable de la gestion des déchets - mais plusieurs qualités sont de mises. L’employé se doit d’être rigoureux : il respecte les horaires imposés et le circuit d’intervention prévu. Il possède une bonne condition physique et fait preuve d’une bonne maîtrise des règles d’hygiène et de sécurité.

Un métier à risques

L'éboueur doit également supporter les conditions particulières de travail : la météo, le travail en permanence à l’extérieur – par temps chaud ou froid -, les bruits, les odeurs et les expositions à la poussière. Contraintes auxquelles les employés de bureau ne doivent pas se plier...

Pour son propre bien-être et celui des usagers de la route, le ripeur suit une formation approfondie en sécurité routière. Les camions, quant à eux, sont équipé de caméras, de signaux de recul et d’autres indices visuels. Le but étant de maximiser la sécurité autour du véhicule.

Mais les éboueurs ne sont pas totalement maîtres de leur propre sécurité, ni de celle des individus à proximité du camion-poubelle. Le métier n’est pas sans risques. Chaque année, on déplore des accidents impliquant des véhicules de collecte de déchets ou des ramasseurs.

>> A lire aussi : Les risques de mort prématurée deux fois plus élevés parmi les ouvriers que les enseignants

>> Découvrez toutes nos offres d'emplois