En route vers le leadership de demain !

Rédigé par: Magali Duqué
Date de publication: 11 oct. 2023
Catégorie:

Nos business models sont à la croisée des chemins. Face à un ancien monde qui s’écroule sous le poids de nouveaux enjeux, nos entreprises sont appelées à devenir circulaires et régénératives pour s’adapter aux crises socio-économiques et climatiques. Quelle direction prendre pour incarner l’exemplarité ? Vers quelles autres voies se tourner ? Et si on laissait la parole à notre petite voix intérieure… et à de vrais spécialistes !
Leadership de demain
Vous connaissez sans doute l’histoire du colibri que Pierre Rabhi racontait si bien. Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. » Si cette fable des temps modernes illustre avec le sourire que le changement commence en chacun de nous, elle souligne aussi clairement l’urgence qui doit nous pousser à (ré)agir. A l’aube d’une nouvelle ère, « Chemin 28 » vient d’ouvrir la cage des paradigmes économiques, sociétaux et environnementaux pour déployer notre conscience collective et notre vraie nature, à travers une expérience immersive unique. Avec une pointe d’humilité, et surtout une humanité de pointe. Revenons sur la genèse, l’esprit, le cœur et les âmes derrière ce projet pionnier de longue haleine qui nous guide vers un avenir plus rayonnant.

L'avant-garde du renouveau
Chemin 28 ne porte pas son nom (ni ses valeurs) par hasard… Inspirée par le Professeur Bruno Colmant, cette initiative soulève l'imminence d'une échéance : 2028. Autrefois à la tête de la Bourse de Bruxelles et plume aiguisée de « 2008 L’année du Krach », Bruno Colmant a toujours été à l'avant-garde de la réflexion socio-économique. A l’époque, déjà, il évoquait le chiffre 28 comme le moment où « tous les basculements environnementaux, énergétiques mais aussi financiers et sociaux, tendraient vers une sorte de paroxysme. » C’est l’étincelle qui a précisé le projet dont Christophe Koninckx avait partagé la vision à ses comparses, Damien Dallemagne et Vincent De Coninck, au sein de l’asbl Entrepreneuriat & Transition.

Si les cinq prochaines années s'avèrent déterminantes, 2028 se dresse comme un énorme défi à relever. Pour Bruno Colmant, la crise de 2008 n'était pas simplement une secousse financière. Elle préfigurait un avenir où diverses crises pourraient converger. Malgré une brûlante inquiétude*, il y a une lueur d'espoir dans le regard de l’expert qui plaide pour des logiques apaisées et tempérées, où la solidarité prime. Sa lance pour éteindre l’incendie qui se propage dans le monde de l’entreprise ? « Retrouver la sagesse et la solidarité. Et abandonner la recherche insatiable d’un individualisme de la consommation. » Christophe Koninckx fait écho à ces sentiments puisque le projet qu’il a initié est une invitation à repenser nos trajectoires. L'intention est claire : proposer un chemin renouvelé, une alternative durable. Comment ? Bruno Colmant aborde la question cruciale de l’émergence d'une conscience individuelle et collective : « D’un point de vue sociologique, c’est bien de se déraciner du quotidien, de mettre les individus en situation de plus grande authenticité et de vulnérabilité. » Sortir de sa zone de confort permettrait de donner le meilleur de soi-même ? Une chose est certaine, le temps presse. Car si l'économie et l'écologie ne convergent pas, nous pourrions manquer de routes viables à emprunter… Chemin 28 semble indiquer une route alternative, un chemin vers un avenir plus prometteur.

Leadership Chemin 28
S’élever en diapason
Chemin 28 ne ressemble à aucun autre événement entrepreneurial et, déjà, il rassemble ! En plus de réunir des hommes et des femmes de tous horizons - des dirigeants, des entrepreneurs, des leaders, issus de différents secteurs, d'autres figures emblématiques sont entrées dans la danse. Sandrine Dixon-Declève, co-présidente du Club de Rome, a également prêté son aura charismatique empreinte d’une énergie constamment renouvelée par la passion qui l’enflamme. En tant que garante d'une pensée globale sur la durabilité et la limite des ressources, elle a partagé avec ferveur sa vision de « Earth for All » (Une Terre pour tous, Ed. Actes Sud). Ses mots vont bien au-delà d’un discours, ils raisonnent comme un appel à l’introspection. Olivier Hamant a aussi particulièrement nourri  les réflexions, en détaillant son concept de la robustesse qui met fin au dogme de la performance.

Inutile de préciser que, bien plus qu'un forum de discussions, Chemin 28 a offert un espace de transformation holistique. Comme le précise Christophe Koninckx : "L'avenir appartient à ceux qui prennent soin de la relation à soi, pour être mieux en relation à l’autre. Et pour cela, il faut des outils, des méthodes et surtout une volonté de se poser." Et, puisqu’on sait que l’apprentissage via un cours magistral est de l’ordre de 5% mais qu’il dépasse 75% par l’expérience* (Pyramide E. Dale), ce parcours immersif de deux jours intenses fut jalonné d'ateliers très diversifiés : du leadership entier à la systémique, en passant par notre rapport à l'argent, la vibration du souffle et de la voix, le lien avec le végétal,… La dimension spirituelle n’était pas en reste, avec une place donnée à l'art, au yoga et à la méditation, guidée par Jean-Gérard Bloch (EM Strasbourg). "L'art, le mouvement, la méditation... ce ne sont pas des distractions. Ce sont des vecteurs de transformation, aussi puissants que n'importe quel outil économique." explique l’administrateur de l’asbl Entreprenariat & Transition. "En se tournant vers l'intérieur, on trouve les clés pour façonner l'extérieur". Un mantra qui a résonné tout au long de l'événement.

Chemin 28
"Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde". Mahatma Gandhi
Les Inner Development Goals
Pour ne pas s’y perdre, dans cette quête d’un entreprenariat plus robuste et résilient, le programme s’est rythmé autour de son cœur battant : les Inner Developement Goals. Comparables à une boussole pour s’aligner à son idéal, les IDGs se positionnent comme une manière pragmatique d’introduire le développement personnel au travail. Là où les Objectifs de Développement Durable de l’ONU ciblent des transformations externes, les IDG recentrent le changement vers l'intérieur. Ils s’articulent autour de 5 axes - Être, Penser, Interagir, Collaborer et Agir – qui structurent les enjeux de notre propre transformation, condition sine qua non pour concrétiser les grands desseins mondiaux.

Individualité collective
Ce plongeon en soi s’est accentué par le biais d’ateliers de co-développement. En petits groupes, les participants ont été invités à réfléchir, partager et co-construire autour de leurs propres problématiques entrepreneuriales. Cette synergie des esprits, liant corps, cœur et âme, élabore des solutions enrichies par la diversité des perspectives.

Mais quel bénéfice concret pour l'entrepreneur moderne ? Cette aventure humaine novatrice propose avant tout une nouvelle palette d'outils pour nourrir son intelligence émotionnelle, relationnelle et spirituelle. Elle délivre les clés pour assumer avec créativité sa posture de leader, tout en forgeant des liens sincères et profonds avec des pairs partageant les mêmes aspirations. C'est aussi se donner la chance de bénéficier d'un réseau inspirant et solide, voué à l'édification d'un entrepreneuriat. Et d’un monde meilleur ?