Enceinte? Dans quels métiers pouvez-vous directement rester chez vous?

Publié :

Vous attendez un heureux évènement? Il est grand temps d’en informer votre employeur et de poser les dates de votre congé de maternité. Dans certains cas, vous allez même devoir rester immédiatement à la maison.

Comment informer son employeur ?

En tant qu’employée, vous devez attester votre grossesse avec un certificat médical. Mettez votre employeur au courant dans une conversation personnelle. Le certificat avec la date d’accouchement supposée peut arriver par courrier recommandé, sans obligation.

Combien de semaines de congé recevrez-vous avant d’accoucher ?

On distingue deux périodes dans le système de congé de maternité : la période de repos prénatale et la période de repos post-natale. Au total, ce congé dure 15 semaines ; pour une naissance multiple, cela monte à 19 semaines. Il faut demander ce congé via un certificat disponible à la mutuelle.

La période de repos prénatale, avant l’accouchement, consiste en un congé facultatif de 5 semaines (7 semaines pour des naissances multiples) et un congé obligatoire d’une semaine. En tant qu’employée enceinte, vous pouvez donc prendre 6 semaines de congés (8 pour les naissances multiples) avant la date d’accouchement prévue. Cela ne peut pas être refusé par l’employeur. Vous êtes par contre obligée de rendre un certificat avec la date d’accouchement prévue 8 semaines avant cette date (10 pour les naissances multiples). Si l’accouchement a lieu après la date prévue, alors le congé prénatal est prolongé jusqu’à la date d’accouchement prévue.

Vous perdez la partie obligatoire d’une semaine avant l’accouchement si vous ne la prenez pas entièrement, en accouchant plus tôt par exemple. Si vous tombez malade pendant la période prénatale, ces jours ne seront pas transférés à la période postnatale. Mais si vous êtes en incapacité de travail ininterrompue pendant  les 6 semaines (8 semaines pour les naissances multiples) qui précèdent l’accouchement, le repos post-accouchement peut sur demande officielle être allongé d’une semaine a condition de fournir un certificat médical.

Combien de semaines de congé recevez-vous après votre accouchement ?

La période de repos post-natale, après l’accouchement, consiste en un repos de 9 semaines (11 semaines pour les naissances multiples) et commence le jour de la naissance de votre enfant. Vous pouvez éventuellement ajouter à cette période les semaines éventuellement mises côté pendant le congé prénatal. Vous pouvez disposer de maximum 14 semaines (18 pour des naissances multiples) de congé après la naissance.

Une exception : si votre bébé doit rester à l’hôpital plus de 7 jours après sa naissance, vous pourrez allonger votre congé de maternité de la durée du séjour de votre enfant à l’hôpital. Cette prolongation peut être de maximum 24 semaines. Pour cela, vous devrez rendre quelques certificats et attestations. Dans le cas d’une fausse-couche, vous n’avez pas droit aux jours de congés de maternité restants.

Quand pouvez-vous tout de suite rester chez vous ?

Pendant votre grossesse et votre période d’allaitement, votre employeur peut ne pas vous laisser travailler à un poste de travail ou un service de production où vous êtes exposée à des risques pour votre santé ou celle de votre enfant. Pour cela, votre employeur peut adapter vos circonstances de travail, vous attribuer une autre fonction, ou vous faire arrêter le travail. Mais la décision finale sera prise par le médecin du travail. Selon les règles, il faut toujours d’abord essayer de pourvoir un travail adapté.

L’administration expertise médicale (Medex) examine si vous n’êtes pas exposée à une maladie professionnelle reconnue. Il s’agit de maladies infectieuses comme l’hépatite (A, B, C), la tuberculose, la cytomégalie, la rubéole, la toxoplasmose, les oreillons, la rougeole, le SIDA, l’herpès de type 2, l’herpès, le zona, la varicelle et le parvovirus B19. Sans anticorps pour se défendre contre cela, on appartient au groupe à risque. Les autres risques sont l’exposition à des produits chimiques et l’exposition à des agents physiques comme des rayons ioniques, des tremblements mécaniques ou du bruit.

Les professions sensibles sont entre autres les travailleurs de la santé, les infirmières, docteurs, vétérinaires et aides-soignants, le personnel des salles d’opération et ceux qui travaillent au contact de jeunes enfants malade, catégorie à laquelle appartient aussi les gardiennes d’enfants et le personnel enseignant. Mais également les assistants radiologistes et les personnes qui travaillent en contact avec des produits chimiques ou des pesticides comme dans une blanchisserie, une imprimerie, un laboratoire à isotope, la jardinerie etc.

Les personnes qui doivent soulever des charges ou qui travaillent dans le bruit ou les tremblements appartiennent tout comme les hôtesses de l’air et le personnel de vol au groupe à risque. Pour les détails concernant votre emploi, consultez votre règlement de travail, des CCT éventuelles et les documents internes supplémentaires.  

Découvrez nos offres d'emploi ici !

Retour à la liste