Et si les erreurs étaient la clé de réussite ?

Date de publication: 2 mai 2023
Catégorie:

5,8/10. C’est la mauvaise note attribuée par les travailleurs belges pour évaluer leur degré de sécurité psychologique au travail. Pourquoi un score aussi bas ? Tout simplement parce qu’ils ont l’impression que le moindre faux pas… entraînerait leur chute. Pourtant, l’erreur est humaine, non ?

sécurité psychologique
Mais c'est quoi au juste la « sécurité psychologique » au travail ? Né il y a quelques années, mais encore largement sous-estimé, ce concept se rapporte à la création d’un environnement de travail où les employés se sentent à l'aise et en sécurité. Tant pour exprimer leurs idées que pour être en mesure de prendre des risques sans craindre des conséquences négatives. En d'autres termes, la sécurité psychologique consiste à créer un climat de confiance et de bienveillance qui permet aux employés de se sentir soutenus et valorisés, et de travailler efficacement ensemble.

Apprendre de ses erreurs
Les entreprises qui favorisent la sécurité psychologique sont souvent plus innovantes, plus créatives, et plus performantes, car les employés sont plus motivés, plus engagés, et plus productifs. « En tant qu’employeur, il est important de créer un environnement de travail psychologiquement sûr. C’est pourquoi nous avons pour devise « fauten maken mach » (l’erreur est permise). Car vous pouvez apprendre de vos erreurs et ainsi évoluer », explique Linda Cappelle, General Manager de Bright Plus. Et c’est également ce que confirme la chercheuse Hermina Van Coillie, qui travaille en étroite collaboration avec Bright Plus. Elle confirme que les équipes les plus efficaces commettent souvent le plus grand nombre d’erreurs. Bien sûr, elles ne sont pas efficaces à cause des erreurs qu’elles commettent… mais parce qu’elles en parlent et qu’elles en recherchent les causes !

> A lire aussi : Retourner au travail et s'y sentir bien

Comment booster la sécurité psychologique ?
Bénéficier d’une culture de sécurité psychologique en entreprise est une responsabilité partagée. Par l’employeur et par le travailleur. « Il est important que les travailleurs contribuent activement à la culture d’entreprise. Communiquez avec votre supérieur hiérarchique et votre équipe, évitez l’« impression management », ôtez vos masques, posez les questions qui vous préoccupent, exprimez vos objections, faites des suggestions… » suggère Linda Cappelle. « L’employeur a lui aussi un rôle important à jouer. Transformez les erreurs en occasions d’apprentissage, ne contrôlez pas, mais faites un suivi, soyez ouvert aux suggestions, ne qualifiez pas les questions comme étant “stupides”, etc. La confiance et le respect mutuel sont cruciaux. »

> A lire aussi : Faut-il parler de ses problèmes psychologiques au travail ?