Et si on faisait la sieste au boulot ?

Rédigé par: Mélodie Voué
Date de publication: 5 nov. 2019

Imaginez pouvoir piquer un somme au bureau. L’idée a encore du mal à germer chez nous, mais la sieste au travail aurait de nombreux bénéfices. Selon une étude de la Nasa, elle augmenterait la productivité de 35%. Et plusieurs pays l’ont déjà bien compris. 

sieste

Une enquête menée auprès de 100 personnes par Sleepability, startup spécialisée dans le sommeil, révèle que la moitié des répondants aimeraient faire une sieste au travail. Pourtant, même si la powernap au boulot devient de plus en plus tentante dans certaines entreprises (64% des directeurs sont en faveur d’une courte sieste au travail selon Robert Half), elle est encore mal perçue dans notre société, où dormir sur son lieu de travail est souvent synonyme de paresse. 

>> A lire aussi : Les bienfaits de la micro-sieste au boulot

Les pays asiatiques : champions de la sieste ! 

En Chine, la sieste est carrément inscrite dans la Constitution. Elle est appelée shui wu jiao, littéralement « sommeil de midi ». Les travailleurs dorment dans des dortoirs, voire sur des lits de camp à côté de leur bureau. 

>> A lire aussi : C’est l’heure de la sieste au boulot

Au Japon, dormir au travail est un signe de dévouement. L’Inemuri - «dormir alors que l’on est présent» - est ancré dans la culture. Etre fatigué prouve que l’on a travaillé dur le matin. Certains japonais feignent même l’endormissement pour être bien vus.

Les nap rooms de la Silicon Valley 

Dans un pays où le manque de sommeil couterait chaque année 63 milliards de dollars aux entreprises, les plus grandes compagnies américaines ont décidé d’investir dans le sommeil de leurs employés. Capsules de siestes, hamacs, chaises longues : tout est fait pour favoriser la micro-sieste. 

>> A lire aussi : La sieste au travail: une bonne ou mauvaise idée?

L’Europe divisée 

La siesta est sacrée en Espagne, où les travailleurs disposent de trois heures de pause déjeuner.  Cette pratique pourrait toutefois prochainement disparaitre, en raison des pertes économiques que cela engendre. L’Allemagne et les pays scandinaves s’intéressent aussi de plus en plus à la sieste. BASF, Opel ou encore Lufthansa proposent des espaces de repos à leurs salariés. Par contre, le Royaume-Uni fait partie des pays les plus réticents. Pas question d’intégrer la sieste en entreprise. 

>> Retrouvez toutes nos offres d'emploi