Job de rêve : travailler pour le Routard

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 30 janv. 2020

Vous aimez voyager ? Et si vous étiez payé pour réaliser votre passion ? C’est possible en devenant auteur de guide de voyages. Mais que se cache-t-il concrètement derrière cette profession ? Quelles sont les compétences requises ? Être baroudeur pour le Routard, ça ne s’improvise pas (ou juste un peu).

voyager

Le Guide du Routard est l’un des manuels touristiques français les plus répandus dans le monde et très apprécié par les vacanciers. Mais qui se cache derrière ces textes détaillés qui s’assurent que votre inoubliable séjour à l’étranger se déroule sans embûches ?

Pour le Routard, se sont en moyenne 70 pigistes qui voyagent à travers le monde, chaque année. La moitié d’entre eux sont là depuis au moins 5 ans, les autres viennent ça et là. Tous les ans, le Guide forme des petits nouveaux, certains resteront le temps d’un voyage, d’autres plus longtemps, « question de feeling », indique-t-il sur sa page web.

>> A lire aussi : Aletre job de rêve : TUI recherche 5 testeurs de voyage

Les qualités d’un bon baroudeur

L’aventure vous tente ? Mais avez-vous le profil requis ? Eh bien, il n’y a pas vraiment de critères prédéfinis. Les rédacteurs voyageurs viennent d’horizons divers et très variés.

Cependant, s’il n’y a pas d’exigences particulières quant à la formation du voyageur, certaines qualités sont requises voire indispensables. Il faut être rapide, avoir un grand esprit de synthèse, de l’endurance, ne jamais se démonter, ne pas lâcher l’affaire tant qu’on n’a pas récolté l’information et avoir de bonnes compétences rédactionnelles. Autrement dit, il s’agit d’être capable de transmettre l’information ou l’émotion ressentie par écrit, avec un brin de sensibilité.

Travailler pour le Routard demande un esprit critique, d’avoir du recul sur les choses. Il va de soi que celui qui n’a jamais mis les pieds en dehors de son pays restera sur le banc de touche. Il faut avoir le goût du voyage.

« Partir en vacances est une chose, travailler pour préparer les vacances de ceux qui y vont en est une autre. Le tout est de ne pas mélanger les deux », peut-on lire sur le site.

Enfin, le métier du terrain est assez technique et demande une certaine familiarisation préalable. Mais pas de panique, le Routard s’en charge ! Il propose à toutes ses recrues une formation de 2 jours où on y parle méthodologie, organisation de la journée, cartographie, préparation d’itinéraire, etc. Ensuite, le débutant est envoyé sur une première destination, en guise de « voyage test », après quoi il sera évalué.

>> A lire aussi : 6 métiers pour qui aime voyager

Et sur place, ça se passe comment ?

Chaque année, le Routard détermine les prochaines destinations à créer ou à mettre à jour, distribuées aux différents pigistes. Vient ensuite la préparation du voyage : il faut se documenter sur le pays où l’on se rend, prendre en compte l’avis des lecteurs et le travail réalisé en amont par un voyageur déjà passé par là.  

Sur place, les voyages durent entre 2 et 4 semaines. « Les journées étant longues, l'exigence de concentration étant très grande, le nombre d'infos à prendre en notes énorme, quatre semaines constituent un maximum, après, on est vidé ». Il s’agit de vérifier toutes les informations du Guide et les réactualiser si nécessaire. La deuxième grande tâche du voyageur consiste à trouver de nouvelles adresses pour alimenter le contenu du Routard.

Alors ça vous tente ?

>> A lire aussi : Job de rêve : être payé pour faire du shopping

>> Retrouvez toutes nos offres d'emploi