Êtes-vous gêné de parler de votre travail ?

Date de publication: 21 sept. 2022

Vous faites partie de ces salariés embarrassés qui n’osent pas confesser le nom de la société pour laquelle ils travaillent ? Vous aimez votre job mais votre secteur d’activité à mauvaise réputation ? Pourtant, il y a de nombreux avantages à travailler dans ce genre d’entreprise…

gêne

Pétrole, énergie fossile, tabac, alcool, jeux d’argent, fast-food, fast fashion, etc. Les secteurs pouvant être pointés du doigt sont nombreux, tout comme les grandes sociétés qui s’y illustrent (prenons notamment l’exemple de la marque Marlboro, Primark ou encore Mc Donald).

Toutes ces sociétés ont déjà fait l’objet de nombreuses critiques et ont bien souvent été médiatisées plus que d’autres organisations. De nos jours, se sont aussi les entreprises actives en Russie et en Chine qui ne sont pas vues d’un très bon œil…

Rien qui ne donne envie de travailler pour ces employeurs… Et pourtant ! Selon l’auteur Thomas Roulet de l’Université de Cambridge, les employés d’entreprise « peu attractives » sont parfois fiers d’y être salariés. Pour quelle raison ? La première est simple : tout simplement parce que les employés peuvent choisir où ils travaillent et savent qu’ils opèrent dans un cadre parfaitement légal.

Deuxième raison : il est facile d’avoir un discours favorable et apte à transformer l’impact négatif de ses produits en quelque chose de positif. « Pensez aux entreprises énergétiques affirmant que ce qu'elles gagnent maintenant grâce au carburant leur permettra de financer la transition vers une énergie à faible émission de carbone. Ou encore aux entreprises de boissons qui font la promotion d'aliments sains… », explique Thomas Roulet.

Troisième raison – bien qu’elle peut sembler évidente : l’argent. En travaillant, pour une société souvent persécutée, vous êtes en droit de demander une compensation salariale. En effet, selon plusieurs affirmations, il est bien connu que les cadres de certains secteurs exigent une rémunération supplémentaire afin de compenser la stigmatisation que leur job implique.

Dernière raison : les salariés des organisations préjudiciées sont parfois idéalistes. Ils aiment croire qu’ils sont capables de changer le monde, de changer la vision que la société se fait de leur organisation et qu’ils y parviendront, un jour. Un challenge quotidien.

Et vous ? Faites-vous partie de ces travailleurs gênés d’être actif dans une société en particulier ou êtes-vous fier d’y avoir été engagé ?

>> À lire aussi : Manger bruyamment : la gêne n°1 au boulot

>> Consultez toutes nos offres d'emploi