Faut-il condamner la rumeur?

Les ragots peuvent avoir de fâcheuses conséquences, mais ils ont aussi quelques avantages. Dans les grandes entreprises, les informations générales ont souvent du mal à  atteindre tous les employés. Les couloirs sont souvent l'unique lieu où tout s'apprend.

Le petit grain de sel

Mieux vaut rester sur ses gardes face aux ragots ou aux rumeurs. Evitez d'y réagir ou de les répandre sans savoir s'ils sont fondés. Et souvenez-vous du jeu du téléphone de votre adolescence: une phrase est transmise en chuchotant dans l'oreille de l'un puis cela passe au prochain jusqu'au dernier qui répète tout haut ce qu'on lui a dit. En général, la phrase de l'arrivée diffère très fort de celle du départ...

Participer à  ses propres risques

Si vous ne pouvez pas vous empêcher de participer aux bavardages sociaux, n'oubliez pas que vos mots peuvent être détournés. Soyez très prudent, même en discutant avec quelqu'un de confiance. Tout le monde n'est pas capable de garder un secret aussi bien que vous.

Ragoter à  votre avantage

Si vous pensez être très bon dans votre travail ou que vous avez accompli une tâche avec succès, le répéter souvent, haut et fort, permettra peut-être de faire courir le bruit jusqu'à  la direction.

Mieux vaut bien sûr aborder les problèmes en direct et ne pas parler derrière le dos des gens, mais si quelque chose vous dérange ou si un collègue vous semble avoir fait une erreur, le couloir peut vous servir d'exutoire.

La jeunesse d'aujourd'hui

En général, les jeunes ne sont pas ceux qui activent le moulin à  ragots au bureau. Ils ne voient pas l'intérêt de répandre des ragots dans les couloirs et n'ont pas beaucoup de considération pour leurs collègues plus âgés qui le font. Ils ont l'impression d'être des penseurs plus indépendants.

La plupart des jeunes ne pensent pas rester plus de 3 ans au même endroit. C'est une des raisons pour lesquelles ils ne s'impliquent pas beaucoup dans les rumeurs de bureau.

Retour à la liste