Faut-il craindre plus de licenciements en cette période de crise ?

Date de publication: 30 nov. 2022

Selon une enquête de la société de gestion des RH, Liantis, 4 employeurs sur 10 envisagent de licencier du personnel afin de réduire leurs coûts.

licenciement

L'enquête, reprise dans le journal De Zondag, a été menée auprès de 1 568 entrepreneurs principalement actifs au sein des PME. Il ressort de celle-ci que 39,3 % d'entre eux devront licencier des personnes pour réduire les coûts. Cependant, il y a beaucoup d'incertitude, autour de l'énergie et de l'indexation salariales, laissant donc planer le doute quant à ce constat. Vont-ils réellement procéder à des licenciements ?

D’après le psychologue du travail de Liantis, Bernd Carette, ceci pourrait s’expliquer par le faible recours au chômage temporaire en raison de la crise énergétique. En appliquant cette mesure du gouvernement fédéral, 41.000 personnes demeuraient à la maison à temps partiel ou à temps plein en octobre.

L'entreprise de RH a également averti que le licenciement de personnes doit être fait de manière réfléchie. « Après tout, licencier des personnes crée une certaine dynamique dans votre entreprise et peut amener d'autres employés à penser également que leur emploi est précaire et à envisager de partir. Ce n'est évidemment pas l'intention, car c'est ainsi que l'on crée encore plus de tensions », explique le spécialiste.

Plus de 600 employés concernés

Les statistiques du SPF Emploi montrent qu'en septembre dernier, 644 employés d'entreprises belges ont été concernés par l'annonce d'une intention de procéder à des licenciements collectifs. C'est le niveau le plus élevé depuis le début de l'année. En septembre 2021, le chiffre était encore de 1.072, avec un pic absolu en janvier 2021 avec  1.853 travailleurs concernés.

Pas plus tard qu'en août, il est apparu que le nombre de licenciements au cours des six premiers mois de 2022 était à son plus bas niveau depuis une décennie. C'est ce que révèlent les chiffres du cabinet RH Securex. Le taux de rotation volontaire - c'est-à-dire les départs volontaires des employés - est resté stable au cours du premier semestre, à 3,3 %.

La confiance des entrepreneurs continue de baisser

La confiance des entrepreneurs belges, quant à elle, continue de baisser. Le baromètre conjoncturel s'est détérioré pour le septième mois consécutif, mais à un rythme légèrement plus lent. C'est ce qu'ont montré jeudi les résultats de l'enquête mensuelle de la Banque nationale.

La chute de la confiance est la plus marquée dans le secteur des services aux entreprises, seul le secteur de la construction échappe à la baisse.

Cependant, Liantis pointe une contradiction dans cette volonté généralisée de licenciement : 26 % des employeurs déclarent également rechercher de toute urgence des employés supplémentaires.

Selon Bernd Carette, cette situation est liée à certains postes clés qui sont difficiles à pourvoir en raison de l'étroitesse actuelle du marché du travail. "Elles sont si cruciales que vous ne pouvez pas simplement les réduire. Cela signifie donc que, d'une part, certains employeurs disent au revoir à certaines personnes, mais que, d'autre part, ils recherchent également certains profils. Il suffit de penser aux collègues informaticiens, au personnel commercial, aux responsables techniques et aux experts en soins de santé", conclut-il.

>> À lire aussi : Quelles démarches suivre après un licenciement ?

>> Consultez toutes nos offres d'emploi