Faut-il rentabiliser la pause-clope ?

Publié :

Un fumeur coûterait plus de 4.600 euros par an à son employeur et perdrait 80 minutes de son temps de travail chaque jour. C'est notamment ce qui explique que les fumeurs sont de plus en plus stigmatisés au sein de leur entreprise...

Nicolas Massy, directeur du cabinet RH Attitudes, a confié au site Capital.fr ses quelques idées audacieuses pour que les pauses-clopes ne partent pas complètement en fumée.

Mélangez-vous.

On dit parfois que les fumeurs sont privilégiés, car beaucoup d’informations s’échangent pendant la pause-clope. Des « clans » sont ainsi formés, entre fumeurs et non-fumeurs. Pourquoi ne pas inviter les non-fumeurs à se joindre à cette pause ? Ils profiteront ainsi eux aussi du grand air et d’une pause régénérante, tout en profitant des « tuyaux » que s’échangent les fumeurs et en resserrant les liens de l'équipe.

Sortez du cadre.

Pourquoi toujours faire la réunion dans l’open-space ? Proposez à vos collègues d’aller faire le débriefing de la réunion à l’extérieur. Les fumeurs en profiteront pour combiner cela à leur pause-cigarette, et tout le monde sera plus détendu à l’air libre.

Lâchez-vous.

Vous n’êtes pas habitués à  vous réunir à l’extérieur, or les moments hors cadre sont propices aux éclairs de créativité. Pourquoi ne pas lancer un brainstorming ? Comme tout le monde est plus à l’aise dans ce cadre informel, les bonnes idées viendront plus facilement.

Multi-taskez.

Si vous vous retrouvez malgré tout seul à fumer votre cigarette, mettez-ce temps à profit. Utilisez vos deux mains ! Une cigarette dans l’une, l’autre sur votre téléphone : passez un coup de fil professionnel, envoyez un e-mail, notez les idées qui vous trottent dans la tête…

Faites du networking.

Rien d’autre à faire ? Quittez vos petit groupe de fumeurs habituel. Au pied de votre immeuble, engagez la discussion avec le personnel des autres entreprises. Histoire d’agrandir votre réseau, d’être tenu au courant des choses qui vous intéressent, ou même de décrocher un nouveau client, qui sait.

Retour à la liste