Formation continue : Un appétit inextinguible

Dans une carrière d’ingénieur, les formations continues apparaissent comme des évidences. Que ce soit pour accéder à plus de responsabilités ou parfaire des connaissances techniques.

> Voir aussi : Les ingénieurs sont plutôt satisfaits de leur emploi

Les ingénieurs figurent dans la liste des profils qui ont besoin de nombreuses formations au cours de leur carrière pour évoluer. Que ce soit en termes hiérarchiques ou au niveau de leurs connaissances dans des domaines techniques. Ainsi, une étude menée par ie-net révélait que 54,8 % des ingénieurs affirment avoir un besoin de formation pour effecteur leur travail. Opinion qui se concrétise dans les faits puisque 47,57 % des ingénieurs ont suivi une formation ou un recyclage en 2015. En moyenne, ces formations durent entre cinq et dix jours.

Ces chiffres n’étonnent pas du côté de l’Université de Mons, qui propose depuis plus de 30 ans des formations continues. « Nous vivons dans un monde en perpétuelle évolution dans lequel l’ingénieur doit s’adapter et s’investir dans la connaissance et le développement des nouvelles technologies », explique Patricia Lorent, responsable du service « Formation continue ».

> Voir aussi : Le salaire des jeunes ingénieurs tend à plafonner 

Lorsqu’ils se forment, les ingénieurs le font dans deux optiques. Soit pour affiner leurs connaissances dans un domaine technique précis, soit pour progresser dans la hiérarchie et acquérir des compétences dans le management et la gestion d’équipe. « Les programmes proposés peuvent relever soit du domaine des sciences, des technologies et de la sécurité soit s’étendre à d’autres domaines comme le management, les finances, la gestion de la qualité, l’innovation, la création d’entreprises et l’e-entrepreneurship », explique-t-on à l’université montoise.

Combiner les cours et la vie professionnelle

Pour répondre à cette demande, plusieurs formations sont mises en place : le Master ingénieur civil en informatique et gestion à finalité spécialisée en Web et en stratégie d’entreprise, le Master en sciences de gestion, proposé par la Faculté Warocqué d’économie et de gestion en horaire décalé à Charleroi, le Master de spécialisation en gestion totale de la qualité, le Certificat d’université de conseiller en prévention… Les formations débouchent soit sur un diplôme reconnu par la Communauté française (master – master complémentaire) soit sur un certificat d’université.

> Voir aussi : 8 astuces pour améliorer votre équilibre travail et vie privée

Mais qui dit formation continue dit formation se rajoutant à une activité professionnelle. Le plus grand défi est alors de combiner ces cours à des horaires déjà bien chargés. « Nous proposons des horaires adaptés. Avec des systèmes d’horaires décalés et des échéances prévues à des dates fixes, ce qui permet aux intéressés de s’organiser au mieux. Maintenant, cela reste une charge, vu que, durant une année, toutes vos soirées ou vos matinées sont prises, mais il existe des moyens d’alléger cette charge. Moyennant l’accord de la faculté, pour des raisons familiales ou professionnelles, il est possible de ne pas passer tous ses crédits sur une année et en reporter sans frais supplémentaires. De plus, toutes les formations en horaires décalés sont soumises au rythme des congés de l’éducation. Enfin, afin de toucher un plus large public, l’Université de Mons propose également des programmes de formation continue à distance. Ainsi, le Certificat d’université d’executive master en management de l’innovation, dispensé par la Faculté polytechnique, a été entièrement réaménagé afin de le proposer en e-learning. »

> Découvrez toutes nos offres d'emploi dans l'ingénierie 

Par

Publié :

Retour à la liste