Google recherche du personnel en Belgique

Rédigé par: Philippe Van Lil
Date de publication: 7 sept. 2023

Google Chrome, Google Maps, Google Drive, Google Cloud, Google Calendar, Google Ads, Google Translate, Google Earth, Gmail, YouTube… L’entreprise américaine est présente partout dans nos vies. Fondée en 1998 par Larry Page et Sergey Brin, la multinationale a aussi littéralement pris pied, entendez physiquement, un peu partout dans le monde, y compris en Belgique. Et elle y recherche du personnel.
Google data center
Comme l’explique Frédéric Descamps, Data Center Operations Site Manager, « Google dispose de plusieurs bureaux à Bruxelles ainsi que d’un centre de données à Saint-Ghislain. Également appelé ‘Google Data Center Belgium’, il a été inauguré en 2010 et fut le premier centre de données de Google construit en dehors des Etats-Unis. Il est aujourd’hui l’un des plus grands centres de données d’Europe. »

Ce centre abrite bien évidemment un grand nombre de serveurs, répartis sur un campus d’une centaine d’hectares. Quelque 400 personnes y œuvrent au quotidien, dont une majorité est chargée de la maintenance et des opérations techniques : réparations des serveurs, distribution électrique, refroidissement, traitement de l’eau, etc. Une autre partie des travailleurs s’occupe de la logistique, du gardiennage, du nettoyage, etc.

Des profils variés et pointus, mais pas seulement
La société compte actuellement une dizaine de postes ouverts, avec des profils variés : techniciens d’installation et de maintenance, techniciens informatiques, etc. Comme le précise Freddy Bonhomme, Server Operations Site Manager, « dans mon département, en charge de la partie informatique, nous recherchons essentiellement des candidats qui ont de l’expérience, avec un niveau de connaissance et de pratique relativement élevé en matière de serveurs, de réseaux, de fibres et de connexion internet. »

Toutefois, insiste-t-il, « puisque nous travaillons dans un milieu complexe, nous primons leur envie d’apprendre et leur débrouillardise. Certes le département est stable, bien établi et bien documenté. Toutefois, il leur faut avoir la capacité de suivre les innovations, qui se font souvent en interne. Nous sommes toujours sur la ‘pointe tranchante du couteau’ en termes de technologie, avec des éléments non encore répandus dans l’industrie. Cet environnement de production n’est donc pas simple. »

Électricité et mécanique : des métiers de base essentiels
Pour sa part, Frédéric Descamps relève que « dans mon département, en charge de la distribution électrique au sens large et des échanges thermiques, nous avons un éventail beaucoup plus large de critères d’acceptation des candidats. Nous ne recherchons pas forcément des profils expérimentés, mais plutôt des personnes sachant parler l’anglais et disposant d’une bonne formation dans les métiers manuels. Nous avons par exemple des installations électriques nécessitant des modifications, des générateurs à entretenir et des systèmes de refroidissement à contrôler. »

En clair, les candidats ne sont pas obligés de maîtriser les métiers du data center. « Personnellement, je suis ingénieur électricien de formation et je peux vous confirmer que l’électricité et la mécanique restent des métiers de base essentiels pour faire tourner une industrie de pointe », affirme-t-il avec conviction. « Pour le reste, nous formons nos collaborateurs à nos métiers spécifiques ; nous avons même initié la création d’un bachelier et d’un master en Data Center Engineering, en collaboration avec HELHA »

Développement durable et Cloud Computing
Nos deux interlocuteurs pointent aussi les défis relevés par l’entreprise en Belgique, au premier rang desquels figurent les objectifs de développement durable. Frédéric Descamps : « Nos ordinateurs sont concentrés dans un espace consommant beaucoup d’énergie électrique. Vu le développement de l’internet, les data centers ne cessent d’augmenter d’année en année. Toutefois, nous disposons de machines extrêmement performantes ; elles consomment proportionnellement cinq fois moins d’électricité que celles des entreprises ayant leur propre data center. Ceci explique d’ailleurs que la plupart des sociétés préfèrent externaliser tout leur service informatique ainsi que les gestions de hardware, de ressources, de backups, etc., et les héberger chez nous dans le cloud. »

Freddy Bonhomme renchérit : « La demande de nouveaux services ne cesse de croître. Nous serons donc encore amenés à augmenter le nombre de serveurs dans les années à venir. La performance de nos machines reste dès lors notre priorité. »
Plus d’infos : https://careers.google.com/

Fréderic Descamps Google [square]

Frédéric Descamps, Data Center Operations Site Manager