GreenSkills : 150 000 heures de formation au menu

Publié : samedi 4 juillet 2015

Près de 150 000 heures de formation seront dispensées en cinq ans au profit des entreprises qui souhaitent faire de la thématique environnementale une opportunité davantage qu'une contrainte. En s'assurant de disposer des compétences requises pour que l'éco-innovation soit pour elles une source de croissance.

Trois jours sur le thème « ventilation : montage, réglage et entretien ». Telle est la formation qu'a récemment suivie Axel Bertrand, ingénieur de projets au sein du bureau d'études BGS basé à  Habay-la-Neuve. Un investissement qui en valait la peine, assure-t-il. À la fois par la qualité des formateurs qui avaient de la bouteille, mais aussi des participants avec lesquels nous avons pu échanger. Venant d'un bureau d'études, j'étais évidemment moins intéressé par le volet théorique, que je maîtrise parfaitement, que par la mise en œuvre pratique, sur le terrain : ce retour me sera très utile pour la rédaction de futurs cahiers de charges et pour leur suivi.

Élément-clé de l'efficience énergétique des bâtiments – superisolés, ils doivent aussi être correctement ventilés – la ventilation est un des multiples thèmes faisant l'objet de formations dans le cadre du projet GreenSkills : un vaste programme d'une durée de cinq ans, portant sur un potentiel de 150 000 heures de formation, qui a été labellisé par le gouvernement wallon et bénéficie dès lors de son soutien financier.

Développer de nouvelles compétences

L'objectif de GreenSkills ? Intégrer la dimension environnementale au sein des entreprises demande le développement de nouvelles compétences, argumente-t-on chez GreenWin, le pôle de compétitivité wallon visant à  redynamiser le tissu économique en y intégrant la logique du développement durable. Beaucoup d'entreprises ne sont pas encore suffisamment conscientes des opportunités stratégiques qui s'offrent à  elles : l'environnement est encore souvent perçu comme une contrainte plutôt que comme une source de nouvelles opportunités.

Quatre thématiques sont développées dans le cadre de GreenSkills : les matières renouvelables, la chimie verte et durable, le développement durable en entreprise et la construction durable. À l'instar des autres pôles de compétitivité, GreenWin n'est pas opérateur des formations qui sont déployées, mais s'appuie sur les centres de formation existants comme le Cefochim (spécialisée dans la chimie et les sciences de la vie), le Forem Environnement (spécialisé dans la gestion rationnelle des énergies et des déchets) ou encore GreenWal (qui, émargeant au secteur de la construction, bénéficiera sous peu de nouvelles infrastructures au parc scientifique Crealys non loin de Gembloux).

Au menu, de multiples sujets et formules (de courte ou de plus longue durée) consacrés par exemple à  « la faisabilité d'une chaufferie biomasse », à  « la chromatographie ionique appliquée à  la chimie verte et durable », à  « l'introduction à  l'analyse de cycle de vie comme outil d’évaluation de l'impact environnemental d'un produit » ou encore à  « la gestion des apports solaires et lutte contre la surchauffe », entre autres.

Nous sommes en phase de démarrage de ce projet et le catalogue reste ouvert, souligne-t-on chez GreenWin. Nous souhaitons vraiment que les entreprises nous fassent part de leurs besoins afin que les formations qui seront développées répondent pleinement à  leurs attentes. Et ce, que celles-ci soient de nature technique, opérationnelle ou même managériale : il est en effet très important que le management des entreprises, y compris celui des PME, soit convaincu qu'il peut intégrer le développement durable et l'éco-innovation en tant que sources de croissance pouvant doper son activité.

Benoît July

 

Retour à la liste