Il reste cinq jours de vacances aux travailleurs belges

Rédigé par: Virginie Stassen
Date de publication: 11 déc. 2023
Catégorie:

À un mois de la fin de l'année 2023, il reste en moyenne 4,8 jours de vacances aux travailleurs belges*. Plus assez pour se calquer sur les congés scolaires de fin d’année, mais suffisamment pour se mettre au repos entre Noël et Nouvel an…

Bientôt les vacances

A ce stade de l’année, les Belges ont utilisé les trois quarts de leurs congés légaux (quatre semaines en moyenne), selon Attentia. Il s’agit d’une bonne répartition annuelle, qui permet à ceux qui le souhaitent d’encore lever le pied pendant les fêtes. A noter qu’il s’agit de jours extralégaux qui peuvent être reportés à l'année suivante, par opposition aux vacances légales. Nathalie Lucas, senior legal consultant chez Attentia explique : « C'est une bonne nouvelle que les congés légaux soient largement pris ou planifiés à cette période de l'année. En effet, nous conseillons aux travailleurs de prendre leurs vacances à temps. Cela permet de se détendre et de récupérer et ça contribue à augmenter la productivité et à améliorer les performances au travail. En outre, il est du devoir de l'employeur de signaler à temps aux travailleurs les jours fériés restants et de leur donner la possibilité de les planifier avant la fin de l'année. Les employeurs qui ne respectent pas cette obligation s'exposent à des sanctions.»

Qui utilise le plus ses jours de congés ?
S’agit-il de femmes ou d’hommes ? De salariés ou d’ouvriers ? Attentia a tenté de répondre à la question en interrogeant 50 000 ouvriers et employés belges. En moyenne, le compteur s'établit donc, en date du 20 novembre 2023, à 4,8 jours non utilisés et non prévus. Chez les ouvriers, la moyenne est de 3,35 jours, tandis qu’elle est légèrement supérieure chez les employés, avec 5,4 jours. Par contre, il n'y a guère de différence entre les hommes et les femmes. Mais il est frappant de constater que les jeunes salariés disposent de plus de jours de vacances que leurs collègues plus âgés. Pour les moins de 30 ans, le solde est encore de 6 jours, alors que dans toutes les autres catégories d'âge, il est d'environ 4,6 jours (alors que les personnes plus âgées ont pourtant souvent plus de congés en raison de leur ancienneté).
Plus on vieillit, plus on a besoin de lever le pied ?   

Les congés légaux presque tous dépensés
En cette fin novembre, on constate que le solde de 4,8 jours de vacances ne comprend que 1,41 jour de congé légal, qu’il n'est pas possible de reporter sur l'année suivante.
Le reste provient d'autres formes de congés, comme les jours RTT (jours de réduction du temps de travail), les congés d'ancienneté ou les congés accordés au niveau du secteur ou de l'entreprise. Or, pour ces congés extra-légaux, l'employeur détermine lui-même les règles : ils peuvent donc sans problème être reportés à l'année suivante. Souvent, cependant, une date limite est fixée, par exemple avant la fin du premier trimestre. Il s’agit donc de les planifier si l’on ne veut pas perdre ce précieux avantage.  

Les congés changent en 2024
Un certain nombre de changements juridiques autour des congés légaux entreront en vigueur à partir du 1er janvier 2024, prévient Attentia. « Les travailleurs qui ne peuvent pas prendre certains congés légaux, par exemple en raison d'un congé de maternité, pourront toujours les prendre dans les 24 mois qui suivent l'année de vacances, note Nathalie Lucas. De même, les travailleurs qui tombent malades pendant leurs congés légaux pourront prendre ces congés à une date ultérieure. Bien entendu, cette possibilité est soumise à une série de conditions. » Plutôt des bonnes nouvelles, non ?

À propos de l'enquête…   
Les chiffres avancés dans cet article proviennent d’une enquête réalisée par Attentia et se basent sur la situation de plus de 50 000 travailleurs et 170 employeurs. Dans cette analyse, les vacances comprennent les 20 jours de vacances légaux ainsi que les jours de réduction du temps de travail, les congés d'ancienneté, les congés extra-légaux accordés au niveau du secteur ou de l'entreprise et les jours fériés librement choisis s’ils tombent sur des week-ends ou des jours d'inactivité au sein de l'entreprise. Les vacances européennes, les vacances des jeunes, les congés de maternité, les congés de naissance, les congés parentaux, les crédits d'heures, etc. ne sont quant à eux pas inclus dans l'analyse. 

*  D’après une analyse réalisée par Attentia, expert en RH et bien-être, sur la base des données de 50.000 travailleurs. Attentia propose des produits et services RH, Payroll, Prévention & Protection et Bien-être et soutient 15 000 clients, grandes et moyennes entreprises, ainsi que de PME.