Impôts : les 4 réductions les plus populaires

Date de publication: 6 juil. 2023

Si vous ne l’avez pas encore fait, il est grand temps de remplir votre déclaration fiscale. N’oubliez pas de bénéficier des réductions d’impôts auxquelles vous avez droit. Emmanuel Degrève, Professeur associé à l’EPHEC et Partner chez Deg & Partners, nous détaille les quatre réductions les plus populaires.

Impôts

Épargne-pension : la plus populaire

L’épargne-pension est la plus populaire des réductions d’impôts, ça ne fait aucun doute. Dans le cadre de la mobilisation de l’épargne au profit de l’économie, le gouvernement a voulu accentuer légèrement le potentiel de cette réduction.

Si vous avez entre 18 et 64 ans au premier versement et que vous investissez un maximum de 990 ou 1.270 euros, vous accédez à un avantage de respectivement 30 % ou 25 %.  Attention au piège qui consiste à verser 991 euros et perdre l’avantage de 30 %. Conseil : choisissez entre l’un ou l’autre plafond maximum.

En principe, vous recevez une fiche 281.60, qui vous indique le montant à reporter dans la déclaration (code 361). Le montant est disponible automatiquement sur Tax on Web.

Titres-services : un must pour les familles

Les titres-services disposent d’un régime différent d’une région à l’autre. Toutefois, le plafond des titres achetés est limité à 1.570 euros par contribuable, soit 174 chèques (150 chèques en Région wallonne). Si vous souhaitez disposer d’un avantage double en cas d’imposition commune, veillez à fournir une preuve d’acquisition pour chaque conjoint.

  • À Bruxelles, vous disposez d’un avantage de 15 % sur les chèques investis. Gagnez 235,5 €.
  • En Wallonie, c’est plus alambiqué, mais vous disposerez au mieux de 30 % de 3 euros par chèque (soit 0,9 euro) et d’un maximum de 150 chèques. Gagnez maximum 135 euros.
  • En Flandre, c’est mieux, quoique moins bien qu’avant : 20 %. Le solde pourra être consacré aux chèques ALE, appelés « chèques proximité » en Flandre, dont les contribuables sont sensiblement moins fervents. Gagnez maximum 314 euros.

Le montant est en principe disponible sur Tax on Web, codes 364 (titres-services), 365 (chèques ALE) et 363 (Wijk-Werkcheque en Flandre).

Attention : vous bénéficiez de cet avantage par contribuable. Si vous êtes en ménage, achetez deux fois plus de titres-services et gagnez deux fois plus ; toutefois, vous devez disposer de deux comptes de titres-services !

Frais de garde : un avantage clé pour les parents

Désormais, les dépenses investies pour garder les enfants de moins de 14 ans - ou 21 ans s’ils sont porteurs d’un handicap - en dehors des horaires scolaires offrent un avantage à concurrence de 14,4 euros. Cela vise aussi bien les garderies que les crèches, stages parascolaires, mouvements de jeunesse (camps), etc., la garde à domicile étant dorénavant aussi couverte.

L’avantage associé à ces frais s’élève à 45 %. Certains isolés au revenu imposable limité peuvent obtenir un avantage amplifié de 30 %, porté donc à 75 %. On gagne donc ainsi 6,48 euros par enfant et par (demi)-jour de garde.

Si vous avez un enfant de moins de 3 ans, vous devrez choisir entre le supplément de quotité exemptée (610 euros) et la réduction pour frais de garde. Un petit calcul d’optimisation s’impose pour tirer le meilleur parti de votre situation de famille. Les frais de garde calculés sont à indiquer au code 384.

Libéralités : la préférée des mécènes

La générosité continue d’être remerciée, moyennant une réduction d’impôt à concurrence de 45 %, contre 60 % durant la pandémie de 2021. Les dépenses doivent avoir été réalisées auprès d’organismes agréés par le SPF Finances et pour un montant annuel de minimum 40 euros auprès d’une même institution, ; quatre virements trimestriels de 10 euros sont ainsi admis. Vous ne pouvez pas dépasser 10 % de votre revenu imposable total sous cette forme, avec un plafond de 392.200 euros.

L’institution agréée vous remet une attestation de paiement à conserver précieusement. En imposition conjointe, l’avantage est réparti entre conjoints, proportionnellement à l’importance de vos revenus.

Le montant est en principe disponible sur Tax on Web, mais certaines institutions communiquent mal avec le fisc : soyez vigilant ! Code 394 de la déclaration.