Inspirer des vocations

Date de publication: 10 déc. 2021
Catégorie:

En tant qu’entreprise historiquement implantée dans la société belge, Infrabel souffre d’une image vieillotte : celle d’une société hyper masculine avec des métiers manuels, au bord des rails. « Je dois dire qu’effectivement j’ai été surprise de découvrir toutes les technologies innovantes et le panel d’applications différentes utilisés par les services IT. », concède Laure Lemaire, directrice de l’association Interface3. Le gestionnaire du réseau ferroviaire belge possède en effet un large département IT où un certain nombre d’outils sont développés tels que l’intelligence artificielle, la réalité augmentée, l’utilisation de drones pour contrôler les infrastructures, etc. L’entreprise est d’ailleurs le deuxième plus grand opérateur Télécom de Belgique grâce à son propre réseau GSM utilisé pour la communication avec les conducteurs de train. Le défi des services d’Infrabel est donc de conscientiser le public à cette variété de métiers qui s’adressent à tous, les femmes comprises.

Samuel Infrabel [square]

Samuel Longueval, Manager real time solutions ICT chez Infrabel.

Du personnel volontaire

Depuis 2015, l’entreprise a développé une politique Diversity & Inclusion pour promouvoir une société plus inclusive, où chacun et chacune se sent à sa place.

Des groupes de travail ont notamment été lancés grâce à de nombreux collègues volontaires. Toutes et tous échangent sur quatre thématiques : l’égalité des genres, le multiculturalisme, la communauté LGBTQI+ et les personnes en situation de handicap. Au départ, le thème de l’égalité des genres avait été identifié comme prioritaire vu la composition historiquement masculine d’Infrabel. Depuis, pas mal d’actions ont vu le jour. Une grande campagne de communication interne a par exemple été organisée afin de sensibiliser le personnel aux stéréotypes de genre. En externe, les campagnes de recrutement utilisent désormais l’écriture inclusive et mettent en avant des femmes dans les visuels et les témoignages. Une façon d’influencer les imaginaires et d’encourager les femmes à se projeter dans des carrières techniques.

Pour changer les mentalités dès le plus jeune âge, Infrabel projette d’ailleurs de sensibiliser les classes aux métiers techniques dès l’école primaire et ainsi informer toutes les petites filles des possibilités qui s’offrent à elles.

S.P.