Intermarché : une franchise performante !

Date de publication: 10 nov. 2020
Catégorie:

logo sans signature intermarché

Intermarché

Le groupement Les Mousquetaires est à la recherche de chefs d’entreprises indépendants pour se développer en Wallonie. Pour ce faire, il entend bien insister sur la spécificité de son fonctionnement qui a tout pour séduire les indépendants. Une structure où les franchisés sont aussi le franchiseur. Explications.

>> S'inscrire à l'afterwork en visioconférence du 26 novembre ?

Implanté en Belgique depuis 30 ans et avec 78 points de vente en Wallonie (Intermarché CONTACT et SUPER), Intermarché, le groupe de chefs d’entreprises indépendants, affiche depuis 3 ans la meilleure progression du marché de la grande distribution alimentaire en Belgique.

Comment expliquer ce succès ? Ce qui attire les futurs franchisés chez Intermarché, c’est le fonctionnement atypique du groupe. « Notre modèle est unique en Belgique et répond aux attentes des futurs indépendants », affirme David Barthélemy, chef d’entreprise des Intermarché de Nandrin et Assesse, et, administrateur du service amont Union des Mousquetaires en charge du recrutement et de la formation du réseau d’indépendants en Belgique. « C’est à nos indépendants que nous devons notre performance. Ce sont de vrais décideurs qui gèrent leur propre(s) entreprise(s) et participent à la cogestion et la codirection du groupement. »

Les indépendants sont donc à la fois franchisés de leur(s) point(s) de vente et représentent collectivement le franchiseur. C’est ce « fonctionnement unique » qui a séduit Philippe Crépin, chef d’entreprise de l’Intermarché de Limelette, qui a fini par franchir le cap et devenir franchisé-adhérent. Diplômé de la Solvay Brussels School, il a occupé des postes à responsabilités dans des sociétés multinationales comme Colgate-Palmolive, Nutricia, ainsi que chez des retailers comme Carrefour ou Di, dont il fut le Directeur général pendant 6 ans.

Photo de David Barthélémy

David Barthélemy, chef d’entreprise des Intermarché de Nandrin et Assesse, et, administrateur du service amont Union des Mousquetaires en charge du recrutement et de la formation du réseau d’indépendants en Belgique.

Philippe Crépin connaît également bien l’enseigne Intermarché pour avoir occupé la fonction de directeur commercial à deux reprises : « J’avais déjà fait un premier passage chez Intermarché de 2007 à 2010 en tant que Directeur commercial. Je travaillais avec les franchisés-adhérents, j’étais force de conviction mais je n’avais aucun pouvoir. C’était eux qui validaient tout. J’ai dû quitter le groupe à regret mais lorsque j’ai été recontacté, en 2016, j’ai demandé pour intégrer la franchise. Après deux ans et demi, je suis devenu propriétaire de mon propre point de vente. C’était un rêve personnel d’avoir mon magasin. »

Travailler à l’unisson

Ce modèle coopératif permet de changer les choses au quotidien et de prendre des décisions stratégiques sur le long terme. « Chez Intermarché, tout est fait pour le commerce et l’indépendant. Il n’y a pas de conflit d’intérêt entre le franchiseur et le franchisé comme nous remplissons les deux fonctions. Nous ne nous braquons pas sur les chiffres. Ça nous permet de prendre des décisions commerciales qui ne vont pas forcément dans la maximisation du profit à court terme. » L’enjeu quotidien de cette structure réside donc dans la solidarité et la nécessité de penser collectivement. C’est l’esprit mousquetaire.

Outre la philosophie du groupement, c’est la liberté qu’autorise la franchise qui a poussé Philippe Crépin à travailler chez Intermarché. « Nous sommes l’un des groupements avec le plus de liberté en termes d’achat. Nous pouvons acheter localement et enrichir nos gammes librement, il suffit de respecter un minimum d’achat de pourcentage à la centrale. Dans l’agencement commercial de notre point de vente, nous devons respecter le concept de l’enseigne, mais nous pouvons y apporter notre touche personnelle. Dans les faits, chaque point de vente Intermarché est donc un peu différent, à l’image de son indépendant. »

Mais concrètement, quelles sont les tâches principales d’un chef d’entreprise franchisé ? Tout d’abord, il y a le côté opérationnel, sur le terrain : travail dans les rayons, gestion du magasin, de l’équipe, de la logistique et du contact client. « Le lien avec les clients est très important. Nous les connaissons. Intermarché est un magasin de proximité où le côté humain est primordial. ». Ensuite, en tiers-temps, vient le travail collaboratif avec les autres adhérents du groupement. « A la centrale, chacun à sa propre fonction et œuvre à l’élaboration des différents projets », détaille David Barthélemy. Discussions, échanges, réalisations de projets, etc. tout est validé à l’unisson. « C’est notre force mais en même temps c’est parfois compliqué de satisfaire tous les indépendants pour se fédérer », estime Philippe Crépin.

>> Ouvrir votre propre supermarché ? 

Philippe Crepin

Philippe Crépin, chef d’entreprise de l’Intermarché de Limelette

S’épanouir dans son métier

Quelles sont les qualités indispensables d’un bon chef d’entreprise ? Être polyvalent car il y a une multitude de tâches et de problèmes à gérer. Avoir des notions de gestion, des connaissances commerciales, un bon sens relationnel et managérial ainsi que faire preuve de flexibilité. « Chaque journée qui commence ne se passe de la manière dont on le pensait. Il faut savoir gérer l’ambigüité et l’imprévu. »

Il n’est pas nécessaire d’être un « pur produit de la grande distribution » pour devenir « franchisé » chez Intermarché. Une formation de 5 mois est demi, alternant théorie et pratique dans plusieurs points de vente est dispensée aux futurs indépendants pour acquérir les points de contrôle de la gestion d’une entreprise alimentaire. « Nous comptons parmi nos franchisés des anciens bouchers, boulangers, responsables de magasins, mais aussi des profils issus de l’HORECA, des banquiers, des assureurs, des logisticiens, des ingénieurs, etc. Les seuls critères à remplir sont : être indépendant et avoir la volonté d’entreprendre, adhérer aux valeurs du groupement et amener un apport minimal de 100.000€ qui restera la propriété du futur chef d’entreprise », détaille David Barthélemy.

Intéressé par le poste de chef d’entreprise indépendant ? Intermarché recrute des profils pour la Wallonie ! Rendez-vous à son webinaire afterwork qui se déroulera le 26 novembre prochain. L’occasion pour la structure de dire qui elle est de manière transparente, d’expliquer son fonctionnement et de permettre aux participants de rencontrer les indépendants.

Intermarché pub