Jeunes papas: 5 astuces pour surmonter la fatigue

Publié : dimanche 1 octobre 2017

Chaque matin, vous ne pouvez pas les rater... Ils arrivent au travail l'air un peu hagard et arborent la mine des petites nuits. La joie immense d'être papa va souvent de paire avec quelques mois de sommeil délicat. Voici 5 conseils pour que cela ne se ressente pas dans votre travail !

Comment en finir avec le blues du dimanche soir ?

"Les premières nuits ont été difficiles. J'ai eu beaucoup de mal à  gérer le réveil... Je dois vraiment faire bonne figure au travail, être efficace et j'ai peur de ne pas m'en sortir. À cause de la fatigue et du stress, je me sentais parfois en colère contre mon bébé. Ce n'est pas "que du bonheur", ça peut parfois être des souffrances..."

Ce témoignage glané sur un blog dédié aux jeunes parents reflète une situation parfois vécue difficilement. La venue d'un enfant représente une période éprouvante tant au niveau émotionnel que physique. Cela peut déboucher sur une grosse fatigue généralisée et une sorte de découragement.

Comment arriver à  gérer son amour paternel, la nécessité d'assumer son job tout en gardant les batteries chargées? Voici quelques conseils !

1. Trouvez un terrain d'entente au boulot

La fatigue peut vite s'installer et les patrons sont souvent insensibles à ce type d'argumentation. Mais une franche discussion et des échéances claires peuvent améliorer la situation.

Ne remettez pas en cause vos objectifs mais demandez à adapter la manière de les atteindre. Montrez-vous flexible et soucieux du bien de l'entreprise tout en vous permettant des plages de récupération importantes. Proposez davantage de télétravail si la société le permet. Négociez une arrivée plus tardive au bureau...

Comme dans toute négociation ou discussion avec votre management, proposez des solutions concrètes. En effet, la paternité ne peut être une excuse à  l'échec mais bien à  une lègère réorganisation de travail.

> Découvrez cette entreprise qui accorde 8 semaines de congés de paternité à ses employés !

2. Couchez-vous plus tôt

Essayez de rejoindre les bras de Morphée plus tôt que votre rythme habituel ne vous l'impose. Les heures de sommeil ainsi accumulées pourraient être bénéfiques sur le long terme. Le début de journée du lendemain devra être préparé la veille afin de vous permettre de dormir plus longtemps.

3. Partagez les "nuits de garde" avec votre compagne

Lorsque bébé naît, son landeau occupe souvent la chambre de papa et maman. Et si maman allaite, il y a de forte chance que papa se réveille. De nombreux papas assistent avec plaisir à  l'allaitement du nourrisson. Néanmoins, c'est un "calcul" à faire et une décision à prendre.

Une bonne possibilité est de scinder la semaine en paquet de nuits, 2 ou 3. Cela vous permettra de vous sentir concerné et présent tout en vous offrant de bonnes nuits de récupération complète. Pour ce faire, optez peut-être pour une autre chambre. Et après deux ou trois bonnes nuits, on retrouve du tonus.  Bien entendu, il ne faut pas laisser maman sombrer...

Sommeil : et si on réglait nos dettes ?

4. Espacer votre congé de paternité

En Belgique, les papas ont droit (s'ils le veulent) à 10 jours ouvrables de congé de paternité dont une partie du salaire est pris alors en charge par la mutualité.

Une solution pour "rallonger" ce congé, c'est de négocier avec son employeur: soit en prenant ces jours selon ses besoins (limité dans le temps attention), soit en ne prenant que des demis-jours. Imaginons que vous preniez d'emblée quatre jours après l'accouchement puis seulement des demies journées. Cela vous ferait donc 12 jours ouvrables à  mi-temps, pratiquement la moitié d'un mois.

5. Appelez au secours !

Si vraiment vous êtes dépassé par les évenements et que vous n'arrivez plus à  retrouver un semblant de sommeil et de repos, n'attendez pas! Tata, tonton, papy, mamy... Tout le monde dans la famille peut comprendre et se serrer les coudes. Vous verrez même le temps d'une nuit ou deux, vos batteries seront rechargées.

> Découvrez plus de 1.500 offres d'emploi à pourvoir !

Retour à la liste