Job insolite: clown d’enterrement

Peter Leeman, un Gantois de 51 ans, a un job pas comme les autres. Il est le seul clown d'enterrement belge. Présent lors d'obsèques ou de commémorations, il tente de soulager la peine de ceux qui sont en deuil.

“Je ne peux évidemment pas empêcher le sentiment de perte, mais je peux aider à  réduire un peu la douleur des gens.”

"Il est de mon devoir moral d'offrir ce service."

Peter a 30 ans d'expérience dans la police, où il procède surtout à  des interventions, et 30 ans d'expérience dans l'industrie du divertissement, où il effectue des performances de rue ou dans des mariages, des fêtes du personnel ou d'autres événements. Par le passé, il a aussi été cliniclown.

Selon Peter, la fonction de clown d'enterrement est nécessaire dans notre société: “Dans la tradition chrétienne-catholique, tout doit être sombre et noir lors d'un décès, ce que je n'ai jamais compris. Dans beaucoup d'autres cultures, ce n'est pas le cas. Je trouve donc qu'il est de mon devoir moral d'offrir ce service. Je ne considère absolument pas cela comme un trou dans le marché, j'en ai la chair de poule quand j'entends certaines personnes parler ainsi de mon métier de clown d'enterrement.”

Qualité n°1: la connaissance humaine

Pour exercer ce métier, certaines qualités sont nécessaires, comme la connaissance humaine: “Il faut évidemment pourvoir faire preuve d'empathie, tout en gardant une distance professionnelle par rapport à  la situation. Il faut pouvoir ressentir l'énergie des gens, car chaque individu est unique. Il faut pouvoir en quelque sorte les scanner, anticiper tout en restant spontané."

"Il est également important de ne pas réagir parfois et de rester le plus minimaliste possible. Mon expérience dans le milieu du divertissement aide certainement à  sentir comment réagissent les gens. Je trouve aussi toujours fasciner de travailler avec les gens, on reçoit tellement en retour.”

Un cygne en ballons ou une simple présence

Tout comme chaque personne est différente, chaque service funéraire est différent. Peter, avec son nez noir et son costume sobre, offre une consolation, un mouchoir à  ceux qui pleurent et tente d'apporter tout le soutien qu'il peut. Selon la situation, il accompagne les enfants vers le cercueil, ou apporte à  l'autel une œuvre d'art de la personne décédée. "Si la situation le permet, je fabrique par exemple un cygne en ballons. Un geste symbolique qui peut apporter beaucoup de soutien, mais qui ne serait pas apprécié par tout le monde. C'est pourquoi il est si important de pouvoir se mettre à  la place de l'autre."

Retour à la liste