L'alternance bientôt élargie aux bacheliers

Seize nouveaux programmes d'études supérieures ont été proposés par l'ARES (Académie de recherche et d'enseignement supérieur) au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour la rentrée 2016-2017.  Parmi ceux-ci, un tout nouveau bachelier (en alternance) en mécatronique et robotique. Il s'agit d'une véritable innovation puisque jusqu'à présent la formation en alternance dans le cadre de l'enseignement supérieur était limitée aux seuls masters – 4 formation de ce type sont organisées, notamment en gestion de production, en facility management et en génie analytique. 

L’enseignement en alternance (auquel Références consacrait un dossier le 16 janvier dernier) est désormais organisé depuis l’enseignement secondaire qualifiant jusque dans l’enseignement supérieur, tant au niveau bachelier que master. « C’est une très bonne nouvelle pour les entreprises en Wallonie et à Bruxelles ainsi que pour les établissements d’enseignement, car cette forme d’enseignement a fait ses preuves en matière d’insertion socio-professionnelle et d’acquisition de compétences à un haut niveau », déclare Thierry Castagne, directeur général d’Agoria Wallonie.

« En septembre 2015, nous avons vécu la cinquième rentrée du master en alternance et son évaluation est très encourageante. L’action pilote qui avait pour objectif d’être un tremplin vers l’emploi a bien tenu ses promesses, tout comme l’excellence pédagogique visée par la formation. » Le taux de réussite est en moyenne de 80 %, toutes filières confondues. Le nombre d’inscriptions est en constante augmentation (total de 140 pour la rentrée académique 2015-2016) et le taux d’insertion à l’emploi proche des 90 % pour le master en gestion de production. « Ces résultats s’expliquent notamment par l’engagement partagé entre le candidat et l’entreprise, par la rencontre motivante du milieu industriel, par les apprentissages pratiques en application des apprentissages théoriques, et par le suivi du tuteur en entreprise », précise Thierry Castagne. 

Pour Agoria, il devenait évident d’élargir ce principe de l’alternance aux bacheliers professionnalisants (enseignement supérieur de type court), permettant ainsi à de nombreux jeunes de s’orienter de manière encore plus concrète vers une profession hautement qualifiée dans des domaines technologiques de pointe. « Il n’est d’ailleurs pas exclu que l’ARES propose encore d’autres futures formations en alternance prochainement, certains dossiers étant encore à l’examen », précise l'ARES dans son communiqué.

Par

Publié :

Retour à la liste