L’été 2021, à nouveau pourvoyeur de jobs étudiants

Rédigé par: PAULINE MARTIAL
Date de publication: 25 mai 2021
Catégorie:

L'été 2021, à nouveau des jobs étudiants ?

Les étudiants jobistes ont pour beaucoup vécu une année noire en 2020. Espérons que la réouverture progressive de l’horeca, de la culture et des loisirs soit de meilleur augure pour 2021. Mais pour l’heure, il est encore trop tôt pour se prononcer.

Au tapis durant de long moins, l’horeca, la culture ou encore les loisirs, habituellement pourvoyeurs de petits boulots pour les jeunes, ont laissé ces derniers sur le carreau à de nombreuses reprises au cours de l’année écoulée. Mais la réouverture des terrasses ou encore des parcs d’attractions serait-elle de bon augure ? La reprise partielle de ces secteurs présage-t-elle d’une voie royale pour les jobs étudiants cet été ? Rien ne permet de l’affirmer pour le moment, selon Sébastien Cosentino, Key Account Manager pour Randstad Group : « La réouverture partielle de l’horeca étant toute récente et celle, plus massive, prévue pour le 9 juin restant conditionnée à des paramètres extérieurs tels que la pression sur les soins hospitaliers, nous n’avons pas encore, aujourd’hui, pu percevoir un engouement réellement plus important pour les demandes de jobs. D’autant que l’annonce de ces nouvelles mesures s’insère également dans un calendrier académique pré-session d’examens durant lequel le recours aux étudiants reste globalement assez limité.»

Des incertitudes ambiantes

Du côté de la Fédération horeca Wallonie, la volonté d’une reprise totale de l’activité est claire. Elle nécessitera certainement un appel aux jobistes bien que l’incertitude règne toujours. « Nous aurons besoin des étudiants, surtout au vu des mesures sanitaires qui risquent toujours d’être en vigueur et qui multiplient les tâches quotidiennes du personnel de l’horeca. À l’accueil et à la prise en charge des clients s’ajoutent les tâches supplémentaires de désinfection, etc. Les étudiants sont d’autant plus importants dans ce contexte pour soulager les équipes. Mais pour embaucher des jobistes, il faut avoir des perspectives claires de réouverture totale, ce dont nous ne disposons pas encore complètement à l’heure actuelle », affirme Thierry Neyens, président de la Fédération horeca Wallonie.

Des réponses limpides et définitives, le secteur espère les obtenir pour le 1er juin au plus tard, au risque de voir filer les étudiants jobistes ailleurs. « Les étudiants apprécient généralement avoir une vision claire sur leurs possibilités de rentrées financières en période estivale. Le risque pour l’horeca, c’est que certains étudiants, en voyant que les décisions tardent à être prises, se rabattent par sécurité sur des secteurs qui ont été pourvoyeurs de petits boulots l’été dernier. C’est le cas, par exemple, de la logistique ou encore de la grande distribution. Ce phénomène de vases communicants n’est pas à exclure et pourrait porter préjudice à l’horeca », développe Sébastien Cosentino.

Des départs en vacances à combler ?

De possibles opportunités sont également à tenir à l’œil au sein des entreprises. L’avancement de la campagne de vaccination pourrait, en effet, donner l’envie à de nombreux employés de quitter la Belgique pour passer leurs vacances à l’étranger et rattraper l’été 2020 perdu. Si ce scénario se vérifie, il devrait grandement complexifier certains plannings estivaux, ouvrant ainsi la porte à l’accueil d’étudiants. «/Il nous est très difficile de se projeter à ce sujet pour le moment », précise toutefois le Key Account Manager de Randstad Group, « tout simplement parce que les entreprises elles-mêmes ont encore du mal à se projeter, tout comme leurs salariés qui se questionnent certainement aussi de savoir s’ils vont partir ou non en vacances et si oui, dans quel pays. Nous tenons également à l’œil une autre tendance, celle du télétravail pour les étudiants, qui s’est largement installé l’été dernier, permettant de maintenir des jobistes au travail malgré l’impossibilité du présentiel. »

Afin d’encourager les recrutements dans les secteurs lourdement impactés par la crise sanitaire, le gouvernement fédéral a prévu des assouplissements en matière de travail étudiant. Ainsi les heures prestées par les jobistes au cours de la saison estivale dans des secteurs comme l’horeca, l’événementiel ou encore les parcs d’attractions ne seront pas comptabilisées dans le quota annuel, habituellement plafonné à 475 heures.

>> Découvrez toutes les offres d'emploi