L’étudiant, un travailleur pas comme les autres

Publié : lundi 8 octobre 2018 Par

stud

S’ils sont indispensables pour les plateformes collaboratives, les étudiants ne sont forcément pas tout à fait des travailleurs comme les autres. A commencer par leur agenda, plutôt particulier. «On a effectivement souvent des difficultés à des périodes précises comme lors des examens. A cette période-là, c’est souvent très difficile de trouver un professeur particulier, par exemple. Le nombre d’offres soumises à la personne qui fait la demande est donc forcement moins important que d’habitude», explique Christophe Kalbfleisch, responsable de ListMinut.

>> Lire aussi: «Travailler dans ce secteur ne génère aucun statut»

Le creux des vacances

Une fluctuation avec laquelle doit aussi composer Deliveroo. «Pendant les vacances et les examens, on sent la différence à coup sûr. Pendant l’été, les indépendants ont donc un poids beaucoup plus important. Mais l’été est également le moment des vacances et les volumes de commandes sont également un peu inférieurs, ils coïncident donc», ajoute Rodolphe Van Nuffel de Deliveroo qui pointe également une fiabilité relativement moindre de ses coursiers étudiants. «Par exemple, ils réservent leurs créneaux très tard, ce qui rend la planification très difficile. Ils sont aussi plus susceptibles de ne pas se présenter au moment qu'ils avaient indiqué. Ils sont en effet libres de décider jusqu'au dernier moment de travailler et décident quand ils veulent arrêter», ajoute Rodolphe.

>> Lire aussi: L’économie collaborative ne peut plus se passer des étudiants

S’il ne dispose pas de statistiques identifiant clairement les étudiants, il constate également des différences dans la manière d’utiliser la plateforme. «Nous remarquons que pour les villes où la proportion des étudiants parmi les coursiers est importante, le nombre d’heures prestées par coursier est bien moindre.» Les coursiers de villes étudiantes comme Louvain ou Gand travaillent ainsi en moyenne 7 à 8 heures par semaine, contre 12 à 14 heures à Bruxelles et à Liège. Des étudiants qui sont donc moins actifs mais aussi souvent moins longtemps. «Beaucoup cessent leur activité une fois leur diplôme en poche. On sait donc que pour une majorité d’entre eux, nous pourrons compter sur eux durant seulement quelques années. C’est beaucoup moins le cas pour les autres profils qui s’inscrivent plus tard et qui ont un autre statut», ajoute encore le fondateur de ListMinut.

>> Découvrez toutes nos offres d'emploi !

Retour à la liste