L’informatique au service des soins de santé

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 29 sept. 2021
Catégorie:

GHdC

Le département informatique du Grand Hôpital de Charleroi emploie près de 70 collaborateurs et fonctionne selon des normes particulières.

Chaque ingénieur informaticien qui le compose répond à des défis qui lui sont propres, tout en continuant à faire fonctionner l’hôpital, en toutes circonstances.

Fort d’environ 70 collaborateurs, le service informatique du Grand Hôpital de Charleroi (GHdC) vise à accompagner le personnel soignant dans l’exécution simplifiée de son travail via la mise en place d’outils informatiques et de technologies. Avec la crise sanitaire, ce service a participé, à sa manière, au bien-être de la population : « Durant le coronavirus, nous avons aidé les soignants à travailler dans les meilleures conditions et nous nous sommes assurés du bon fonctionnement de l’hôpital », explique Rudy Delattre, ingénieur système infrastructures pour le département informatique du GHdC.

Entre le centre de service et l’innovation

L’image de l’informaticien reclus et à part, évoluant dans un monde qui lui est propre, a bien changé. Le service informatique du GHdC casse d’ailleurs cette image en optant pour une organisation spécifique selon le schéma Itil (Information Technology Infrastructure Library). Il s’agit des bonnes pratiques à utiliser dans l’informatique afin de faciliter la prestation des services pour les utilisateurs et les clients.

« Ces normes ont été déployées dans les années 80 pour pallier le fait que les informaticiens ne travaillaient que pour eux et non pour la société qui les engageait. Au GHdC nous travaillons selon ce schéma. »

Le département informatique se déploie entre le centre de service et l’innovation. Dans cette dernière catégorie, on retrouve les ingénieurs système infrastructures, chacun ayant sa spécialité et ses propres défis. « Globalement, je suis chargé de la mise en place et configuration de nouveaux systèmes d’infrastructure et d’assurer les améliorations continues sur ces systèmes qui sont d’abord analysées avant application. Je gère, entre autres, un outil de déploiement de logiciels, d’installation migration des systèmes d’exploitation des PC de façon automatisée, je développe des scripts d’automatisation des installations, etc. Mes tâches sont très variées et je travaille en collaboration avec des chefs de projets », indique Rudy Delattre.

Rudy Delattre [square]

Rudy Delattre, ingénieur système infrastructures pour le département informatique du GHdC

Vers une virtualisation des PC

Un des défis majeurs à relever est l’implémentation des technologies virtuelles. Avec l’arrivée de la pandémie en mars 2020, il a été nécessaire d’adapter les infrastructures au travail à distance à tous les niveaux : logiciels, VPN, etc. Dans cette même optique, et dans le cadre du nouvel hôpital, prévu pour 2024, la virtualisation des PC est toujours d’actualité. « Nous voulons faire en sorte que le bureau Windows suive l’utilisateur partout. Quel que soit l’ordinateur sur lequel il se connecte. L’idée est de retrouver toute l’infrastructure comme si vous étiez au bureau.

Avec le nouvel hôpital, nous voulons faciliter la transition. Si un maximum de PC sont remplacés par ce système, le déménagement pour l’utilisateur sera transparent. »

Les bureaux virtuels constituent par ailleurs un autre projet de grande envergure pour Rudy Delattre. « Je travaille sur les terminaux présents dans les couloirs de l’hôpital sur lesquels les infirmiers et infirmières peuvent venir consulter les différentes médications des patients. Je suis chargé de faire évoluer cette infrastructure pour que le personnel puisse s’identifier et récupérer sa session avec chacun des patients. »

On le voit, le métier d’ingénieur système est très diversifié et demande de la polyvalence. Mais le travail d’équipe est aussi très important. « Le GHdC, ce sont des milliers de PC, des centaines de serveurs et des dizaines de technologies différentes comme la virtualisation, le stockage, le réseau, la sécurité, etc. Une personne ne peut pas tout savoir. Il importe donc qu’elle travaille avec ses collègues. »

Actuellement, le Grand Hôpital de Charleroi  est à la recherche de nouveaux profils pour venir renforcer la section innovation de son service informatique. « En tant qu’ingénieur système, les possibilités d’évolution sont nombreuses.

De plus, dès votre arrivée, vous êtes pris en charge et accompagné par les collègues et vous bénéficiez d’une formation… le tout dans une bonne ambiance ! », conclut Rudy Delattre.

Julie Delcourt