La formation permanente pour des soins de santé de qualité

formation santé vivalia

Chez Vivalia, la formation permanente des infirmier.ères est centrale et se déploie selon plusieurs axes. 

L’objectif ?

Garder et développer les compétences du personnel à jour afin de prodiguer des soins de qualité.

Face à tous les bouleversements et les mutations profondes qui impactent les soins de santé à tous les niveaux (légal, juridique, social, technique, etc.), la mise à jour des compétences et le maintien des connaissances du secteur sont primordiaux.

Comment ?

Chez Vivalia, l’intercommunale des soins de santé en province de Luxembourg, la part belle est faite à la formation permanente. « Depuis 1991, il existe un financement légal pour la formation continue du département infirmier. Ce budget est bien entendu intégralement alloué par Vivalia à la formation continue pour chaque site hospitalier. L’intercommunale finance aussi, sur son fonds propre, les formations transversales pour l’ensemble des sites hospitaliers et pour les formations d’aide médicale urgente », explique Michel Borgs, infirmier chef de service et chargé de la formation permanente pour le département des soins infirmiers chez Vivalia.

Au sein de l’intercommunale, la formation permanente pour les infirmier.ères s’organise selon trois axes : adaptation professionnelle, professionnalisation et développement professionnel.

- Le premier axe s’adresse aux personnes entrantes ou celles qui font leurs premiers pas dans une nouvelle fonction. Il s’agit de formations locales ou transversales dispensées en interne.

- Le deuxième axe offre, en plus de formations internes, la possibilité d’aller se former en extérieur et de participer à des congrès et des séminaires.

- Le troisième axe concerne, entre autres, l’upskilling dans des domaines précis : les spécialisations et les cours de cadre de santé ou de Master. « Ce type de formation permet au personnel infirmier d’exercer dans des services spécialisés comme la pédiatrie, les urgences, etc. ».

- Le dernier axe garantit également l’accès à des postes hiérarchiques.

Réanimation exercice Vivalia

Se former : une préoccupation légale et déontologique

Mais la formation permanente au sein de l’intercommunale ne s’arrête pas là. Des structures de tutorat et de coaching se mettent peu à peu en place. « Pour le tutorat, les pairs accompagnent leurs homologues sur le terrain et y relèvent des clés d’apprentissage pour la pratique professionnelle. Le coaching, lui, est destiné aux personnes reprenant des études de cadre ou de Master et les aide dans la finalisation de leur travail de fin d’études. »

On le voit, la formation occupe une place primordiale et dynamique chez Vivalia et dans les soins de santé, de manière plus globale. A noter également que l’Etat, de son côté, encourage également la formation du personnel infirmier : par exemple, les personnes en possession d’un titre ou d’une qualification professionnelle sont obligées de suivre 60 heures de formation sur 4 ans.

De plus, la loi du 22 avril 2019 relative à la qualité de la pratique des soins de santé -dont les textes d’application n’ont pas encore été publiés actuellement- accorde une grande importance à l’apprentissage. « Elle indique que les professionnels de la santé doivent dispenser des soins pour lesquels ils disposent de la compétence requise.

Et cette remise à niveau des compétences sera démontrée dans un portfolio électronique qui sera mis disposition du SPF Santé Publique », commente Michel Borgs. « Quand on sort de l’école, on a un bagage mais les sciences et les techniques évoluent tellement vite qu’il est indispensable de maintenir à jour ses compétences si l’on veut offrir des soins de qualité.

Cela permet aussi d’évoluer dans sa carrière », conclut-il.

Julie Delcourt

>> Retrouvez nous au salon de la santé ce jeudi 21 octobre 

Retour à la liste