La grande distribution en toute franchise

Rédigé par: Philippe Van Lil
Date de publication: 4 oct. 2023

Salvatore Chiavetta est récemment devenu le chef d'entreprise franchisé de l'Intermarché d’Anderlues. Après une expérience comme concessionnaire automobile pour différentes marques et un passage dans le domaine de la formation en alternance, il a décidé de franchir le pas vers la grande distribution, un monde qu'il ne connaissait pas. Il nous livre son expérience.
Intermaché
Chez Intermarché, le modèle en vigueur prévoit que chaque chef d'entreprise franchisé est bien sûr le patron de son propre point de vente, mais qu’il consacre aussi deux jours par semaine, si possible, à codiriger les services centraux : achats, ventes, marketing, finances, logistique, sites de production des marques propres à l’enseigne, etc. Pour préparer les futurs franchisés à s'intégrer dans le réseau, l’enseigne a développé une formation de cinq mois et demi qui allie l'ensemble des aspects théoriques et pratiques.

Pour Salvatore Chiavetta, qui vient de reprendre le point de vente d’Anderlues à la mi-septembre, cette formation est indispensable : « La vente est quelque part mon dada. C'est donc un aspect que je maîtrisais déjà. Toutefois, je n'avais aucune expérience dans certains aspects liés spécifiquement à la grande distribution, notamment tout le volet de la gestion financière et celui du respect des normes de qualité et d'hygiène. J’ai trouvé ce stage très enrichissant. »

L’aspect humain est central
« La formation m'a aussi permis de mieux me rendre compte de ce que vivent mes collaborateurs », poursuit notre interlocuteur. « Monter un rayon fruits et légumes ou un rayon boulangerie, par exemple, n’a rien d’évident ; il y a une série de contraintes au jour le jour. Le stage m’a vraiment permis de saisir au plus près la réalité du fonctionnement d’un magasin. »

Salvatore Chiavetta insiste sur l’aspect humain de sa mission : « J’envisage mon rôle de responsable d'entreprise moins comme celui d'un chef que celui d'un meneur qui connaît les caractéristiques et les contraintes des différents métiers au sein de la grande distribution. Un responsable d'entreprise ne doit pas maîtriser tous les processus, mais tout de même savoir comment les choses fonctionnent. Un bon patron doit comprendre le travail des autres et être à leur écoute. Il n’est pas là seulement pour contrôler, mais aussi pour supporter et encourager les équipes. »

Cet aspect humain se marque aussi dans la manière dont les franchisés du réseau partagent leurs bonnes pratiques et leurs observations sur l'évolution du marché. Dans le cas de Salvatore Chiavetta, les conseils de son prédécesseur à Anderlues ont été particulièrement précieux : « Le cédant du point de vente ne s'est pas contenté de me donner les clés et de me dire au revoir. Il a commencé à bien m'aider avant la reprise et nous continuons à avoir des échanges. Cela me permet d'assurer la pérennité d'un outil de travail qui était déjà performant. »

La curiosité n'est pas un vilain défaut !
À présent, le franchisé de l’Intermarché d’Anderlues ne cache pas son ambition : « Je veux que notre magasin devienne la référence locale du commerce d'alimentation. » Pour être meilleur que ses concurrents, il sait aussi que, comme pour toute fonction d'indépendant, il devra faire preuve d'assiduité, de ténacité et de volonté de se surpasser.

Salvatore Chiavetta tient aussi à souligner une autre caractéristique propre à tout franchisé : la curiosité. « On ne peut pas s'enfermer pendant dix heures dans un bureau et attendre le résultat en fin de journée. Il faut être curieux de tout ce qui se passe autour de nous : la manière dont la concurrence fonctionne, l’évolution des habitudes de consommation de sa clientèle, etc. De plus, chez Intermarché, il y a une réelle volonté d'ancrage local. Cela signifie que nous ne sommes pas seulement des distributeurs, mais aussi des commerçants qui proposent un assortiment de produits qui correspondent au mieux à la clientèle des environs. »

Pour ce nouveau franchisé, le mot de la fin se résume à « osez ! En ce qui me concerne, j'ai mis du temps avant de me décider, parce que c'est un changement radical de vie professionnelle comme de vie privée. Devenir ou redevenir indépendant peut très clairement paraître compliqué dans un premier temps. Toutefois, dans le cas d’Intermarché, on se rend très vite compte que le risque est calculé. Le fait d'être accompagné et de bénéficier du soutien de l’enseigne est très rassurant ; ce mode de fonctionnement garantit le succès des personnes qui veulent réellement s'investir. »

Envie de changer vie ? Ne manquez pas l’Afterwork du 19 octobre pour en savoir plus sur toutes les opportunités au sein du Groupe Intermarché !
Infos et inscription :  www.devenir-mousquetaires.be/evenement/afterwork-de-la-creation-dentreprise-7/

Salvatore Chiavetta Intermarché [square]


Salvatore Chiavetta, chef d'entreprise franchisé de l'Intermarché d’Anderlues