Là où le respect fait la différence

Rédigé par: Martin Loreau
Date de publication: 5 déc. 2023

Taux d’absentéisme et de départs volontaires très faibles, satisfaction des collaborateurs très haute, résistance et adaptabilité aux crises successives très fortes… En termes de bien-être au travail aussi, les résultats de Nestlé sont positifs. Question de valeurs, de culture d’entreprise, d’approche de la question et de stratégie très réfléchie.

Bien-être au travail : Nestlé

« Le bien-être sur les lieux de travail, c’est une préoccupation majeure, pour nous, depuis des années. » Michel Mersch, CEO de Nestlé Belgium & Luxembourg depuis 2018, l’affirme sans forfanterie ni autosatisfaction. Plutôt avec conviction, en avançant la culture et les valeurs de son entreprise, la stratégie qui y est déployée en faveur de ce bien-être, les initiatives mises en place et sa vision plus globale de la problématique: « Elle concerne en fait tout le monde, au-delà de quelque organisation que ce soit: le bien être garanti au travail, c’est un triple win pour les collaborateurs, pour l’entreprise et pour l’ensemble de la société. Les collaborateurs sont épanouis, se sentent dans un environnement propice à l’expression du plein potentiel de leurs capacités et prennent du plaisir dans ce qu’ils font, avec qui ils le font et pourquoi ils le font; l’entreprise enregistre dès lors moins d’absentéisme; et donc le coût de cet absentéisme, à charge de l’ensemble de la société, diminue. Veiller au bien-être sur le lieu de travail produit ainsi des effets positifs en cascade. Dès lors, la responsabilité est collective et, à travers notre philosophie et la stratégie mise en œuvre, nous espérons humblement pouvoir être une force motrice, une force d’entraînement. »

D’autant, enchaîne Olivier Blanc, responsable des ressources humaines de Nestlé en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg, que « si on a décidé de développer une stratégie santé et bien-être, c’est bien entendu parce que chaque collaborateur est important mais aussi car ce n’est pas uniquement parce qu’on veut être gentils avec tout le monde: au fil des évolutions mondiales, toutes les organisations sont confrontées à des changements permanents et de plus en plus rapides, qui créent des perturbations pour ces organisations et par conséquent aussi pour les gens qui y vivent. Et ça, ça génère du stress. C’est le point de départ: un environnement évolutif, donc des facteurs externes qui créent une situation potentiellement et légitimement stressante. La deuxième chose à prendre en compte, c’est que les attentes du monde du travail ont évolué. Et la meilleure façon d’être stressé et malheureux, de voir sa motivation s’éteindre, c’est quand vos attentes et votre réalité ne se rencontrent pas. C’est l’une des définitions de base du burnout. Et c’est la réflexion qu’on a menée: de quoi nos 700 collaborateurs ont le plus besoin pour fonctionner au sein de l’organisation? On discute régulièrement, on les écoute, et il apparaît qu’ils attendent de la flexibilité, de la transparence, de pouvoir donner du sens à leur travail et de contribuer à des engagements citoyens ».

«Le bien-être influence tous les aspects de la performance»

La stratégie imaginée par le géant de l’agroalimentaire mondial repose donc sur le croisement des attentes des collaborateurs avec celles du management. « Qui attend de leur part une capacité de résilience, une capacité à gérer l’ambiguïté, de l’agilité et de la créativité. Ça exige de veiller à la qualité des managers, qui suivent des formations et des parcours pour, notamment, que la bienveillance et le respect demeurent les valeurs centrales de l’organisation. »

Voilà pour le leadership. Pour les valeurs, après avoir participé à des ateliers d’échanges et de réflexions, « et en partant du principe que le wellbeing influence tous les aspects de la performance, chaque leader sait qu’une équipe est performante au sein de Nestlé BeNeLux et BelgiLux à partir du moment où on a de la connexion, de la confiance et de l’inspiration. Et cela passe par montrer de l’empathie, demander du feedback, promouvoir la diversité, permettre aux autres de s’exprimer sans craintes de conséquences négatives, ...»

Alors, après un jeu d’équipes destiné à proposer toute solution permettant d’abord de se situer par rapport à ces conditions de bien-être et de performance, puis de s’améliorer pour les remplir au maximum, différentes actions sont nées: « Une réunion mensuelle sur l’état d’esprit dans le département, une page Workplace sur laquelle on partage les informations du département, s’assurer qu’on fête l’anniversaire de chaque collaborateur… Autant de petites choses qui, mises bout à bout, font des comportements différents. Parallèlement, on a lancé le People Manager Forum, soit un orateur extérieur qui vient apporter des éléments de réflexion aux managers sur leurs pratiques par rapport aux trois piliers que sont la connexion, la confiance et l’inspiration. » Et toujours pour réunir les éléments fondamentaux au bien-être individuel et collectif: trouver du sens dans le travail et dans l’entreprise, avec un management bienveillant.

La palette d’actions anti-burnout

Au-delà, Nestlé a développé un Employee Assistance Programme (EAP) qui donne accès, par un numéro de téléphone, « à une boîte à outils, à du support: conseils juridiques, soutien psychologique – cinq séances avec un psychologue, payées par l’entreprise–, sessions d’ergonomie ou tout autre élément facilitant la vie des collaborateurs. On a aussi les 18 semaines de congé parental payé par l’entreprise à 100%, le jour de congé payé dédié à aider une association, la possibilité d’emmener son animal de compagnie au travail, un check-up médical tous les trois ans offert à tous dès 45 ans. Et un programme de promotion de la santé: activités de découverte de sport ou d’activité physique, formations sur le sommeil, salle de repos au bureau, ateliers stress et résilience, politique de télétravail, guide de la déconnexion, repas sains à la cantine avec menu végétarien tous les jours, eau disponible non-stop, workshop pour apprendre à cuisiner veggie…»

Enfin, il y a toute la partie prévention du burnout et détection de ses signes annonciateurs. « Les employés peuvent contacter une personne de confiance et utiliser un numéro anonyme pour la moindre chose qui les inquiéterait sans passer par un manager, un HR ou un syndicat. C’est aussi une manière de s’assurer que notre système fonctionne. Outre l’enquête  ‘’Nestlé and I ‘’, qu’on mène tous les deux ans et qui a pour but d’évaluer le niveau de satisfaction de nos collaborateurs, sur un certain nombre de sujets. Enquêtes anonymes qui permettent de mesurer leur engagement et leur niveau de bien-être et de nous donner un feed-back sur la qualité du leadership. De vérifier donc si des attentes ne sont pas complètement rencontrées. » Autrement dit, si les actions portent ou non leurs fruits. Verdict? « Taux de participation extrêmement élevés et résultats réellement très positifs. »

La force de la culture d’entreprise et de ses valeurs

De quoi autoriser Michel Mersch à affirmer que « cette vision et cette stratégie du bien-être s’inscrivent presque naturellement dans la culture de l’entreprise, qui est toujours la somme des habitudes et des comportements d’une organisation ». Et que chez Nestlé, cette culture « produit des effets vertueux: les taux de départ volontaires et taux d’absentéisme de longue durée pour cause de burn-out ou dépression sont très faibles. Malgré l’enchaînement de crises, ces dernières années ».

Olivier Blanc confirme, en partant de la valeur première, au cœur même de l’entreprise: « Le respect. Notre conviction, c’est que si on respecte ce qu’on est et si on respecte les gens, les communautés, nos employés et la planète, ça ne peut que marcher. Voilà pourquoi j’ai coutume de dire que, Nestlé, c’est un endroit où le respect fait la différence. »

Michel Mersch - CEO Nestlé [square]   Olivier Blanc - Nestlé [square]

De gauche à droite : Michel Mersch et Olivier Blanc

  1. Michel Mersch, CEO de Nestlé Belgium & Luxembourg : « C’est un triple win pour les collaborateurs, pour l’entreprise et pour l’ensemble de la société. Les collaborateurs sont épanouis, se sentent dans un environnement propice à l’expression du plein potentiel de leurs capacités et prennent du plaisir dans ce qu’ils font, avec qui ils le font et pourquoi ils le font. »
  2. Olivier Blanc, responsable des ressources humaines de Nestlé Benelux : « Une équipe est performante à partir du moment où on a de la connexion, de la confiance et de l’inspiration. Cela passe par montrer de l’empathie, demander du feedback, promouvoir la diversité, permettre aux autres de s’exprimer sans craintes de conséquences négatives, ...»