La prudence s’impose dans les recrutements

L’optimisme de la fin de l’année 2016 s’estompe quelque peu. Les employeurs anticipent davantage une stabilisation qu’une croissance de leurs effectifs dans les trois prochains mois. Mais aucun retournement de situation n’est craint à court terme. 

L’optimisme s’estompe sur le plan du recrutement. Après une fin d’année 2016 positive, marquée par des prévisions globalement favorables, le dernier baromètre de l’emploi publié par Manpower indique que les employeurs rapportent des intentions de recrutement plutôt prudentes pour le second trimestre 2017.

> Voir aussi : Les coûts de la main d’oeuvre sont plutôt stables en Belgique

Au niveau national, seuls 4 % des 751 employeurs belges interrogés fin janvier par ManpowerGroup prévoient en effet d’augmenter leurs effectifs d’ici la fin du mois de juin 2017, alors que 3 % projettent de les réduire. Autrement dit, 93 % des employeurs sondés ne prévoient aucun changement dans leur masse salariale.

> Voir aussi : 5 astuces surprenantes pour négocier votre salaire

Après correction des variations saisonnières, le différentiel entre le pourcentage d’employeurs prévoyant des embauches et le pourcentage de ceux prévoyant des licenciements, ce que l’entreprise qualifie de « prévision nette d’emploi », atteint la valeur de 0, indiquant une activité de recrutement en repli par rapport aux trois premiers mois de l’année : c’est une diminution « importante » de 6 points par rapport au trimestre précédent et baisse de 1 point par rapport à la même période l’an dernier.

« L’optimisme observé chez les employeurs belges lors du trimestre précédent s’est quelque peu estompé et les opportunités d’emploi seront moins nombreuses au cours du prochain trimestre, confirme Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup BeLux. Les employeurs semblent satisfaits de la taille actuelle de leurs effectifs. La majorité d’entre eux prévoient de maintenir leur masse salariale en l’état ou de recruter de façon mesurée tout en gardant un œil vigilant sur l’évolution du marché. »

Ceci étant, « malgré le fait que les employeurs prévoient de ralentir les embauches, la tendance générale sur le marché du recrutement reste néanmoins positive et la prudence qui se dégage des résultats de notre enquête ne devrait pas entamer notre confiance pour les prochains mois ».

> Qu'est-ce qui contribue au bien-être des travailleurs belges?

Les grandes entreprises plus optimistes

Concrètement, les employeurs de six des dix secteurs sondés anticipent une activité de recrutement positive au cours du deuxième trimestre 2017. « C’est dans les secteurs de l’électricité, gaz et eau (cliquez sur le lien pour accéder à toutes nos nouvelles offres d'emploi dans ce secteur), de la finance, de l’assurance, de l’immobilier et des services aux entreprises que le climat d’embauche devrait être le plus favorable, poursuit-on chez Manpower. Après des mois difficiles, les employeurs de l’horeca retrouvent progressivement le moral, de même que dans le commerce, la construction, le transport et la logistique. » A l’inverse, les effectifs devraient globalement rester stationnaires dans les services publics, l’éducation, la santé et les services collectifs, et diminuer notamment dans l’industrie manufacturière.

Comme souvent, les intentions de recrutement varient également selon la taille des effectifs. Ce sont les grandes (plus de 250 travailleurs) et les moyennes entreprises (entre 51 et 250 travailleurs) qui sont les plus optimistes. Les intentions sont modérément positives dans les PME, voire même négatives dans les « micro-entreprises », dont les effectifs ne dépassent pas les dix travailleurs.

> Découvrez toutes nos offres d'emploi, tous secteurs confondus !

Par

Publié :

Retour à la liste