Passer au contenu principal

La santé publique : une large filière d’embauches

Rédigé par: Philippe Van Lil
Date de publication: 21 sept. 2022
Catégorie:

Bloc opératoire

En termes d’effectifs, l'Intercommunale de Santé publique du Pays de Charleroi (ISPPC) est la deuxième plus importante de Wallonie et le premier employeur de la métropole hennuyère. Elle ne compte pas moins de 6.000 collaborateurs. Ses besoins de recrutement sont permanents et extrêmement variés.

Les activités de l'ISPPC se déclinent en deux pôles. Côté hospitalier, l’institution chapeaute 5 hôpitaux, 7 polycliniques, 1 centre de médecine sportive et 1 centre de prise en charge des violences sexuelles. Au total, ces services assurent environ 450.000 consultations par an et 42.000 hospitalisations de durées variables. Côté non hospitalier, il gère 3 maisons de repos, 7 crèches et divers services réservés aux enfants et adolescents, essentiellement des services d'aide à la jeunesse comme des centres d'accueil d'urgence.

Cadres à compléter

Pour assurer autant de missions, l’intercommunale recherche bien sûr en permanence des profils divers. Mais, comme ailleurs, les pénuries de personnel qualifié sont légion dans bien des domaines. Frédéric Dubois, Directeur de la Communication de l'Espace Santé de l'ISPPC, évalue par exemple à « une cinquantaine d'équivalents temps plein le nombre d'infirmiers requis pour compléter le cadre. »

La situation au CHU de Charleroi n'a rien d'exceptionnel : « Comme la plupart de nos collègues du pays, nous devons nous battre pour trouver des infirmiers, notamment dans les services de soins intensifs, de chirurgie et de gériatrie, qui nécessitent, pour certains, des qualifications complémentaires. En attendant, nous disposons d’équipes volantes qui viennent en renfort dans les départements ou services affectés par le personnel manquant. »

Dans le domaine de la santé, l'intercommunale recherche beaucoup d'autres catégories de personnel, entres autres des oncologues et des hématologues car nous avons inauguré un pôle oncologique qui regroupe toutes les disciplines associées. Les technologues en imagerie médicale et de laboratoire sont également les bienvenus. Dans nos autres domaines d'activités, on recherche entre autres des puéricultrices et des éducateurs. »

Du monde en cuisine

Pour toutes ces structures, il faut aussi des profils tout autres tels que des plombiers ou des cuisiniers. À ce propos, Frédéric Dubois témoigne avec enthousiasme : « En ce moment, nous développons un grand projet de construction de cuisine collective. À l'horizon 2025, elle fournira quelque 25.000 repas par jour pour les hôpitaux et maisons de repos de l'ISPPC, ainsi que pour d'autres institutions collectives de la région comme des écoles, des CPAS ou des entreprises diverses. Dans le cadre de ce projet novateur, où l’on travaillera dans une logique de circuit court en associant des producteurs locaux, nous avons déjà besoin de commis de cuisine qualifiés pour les collectivités. »

Soulignons que comme toutes les autres institutions publiques, l'ISPPC offre de nombreuses opportunités de formation et des possibilités très larges en termes de mobilité interne et d’évolution de carrière. Son attractivité ne s’arrête pas là : travailler dans le secteur de la santé, c’est être en contact quotidien non seulement avec des technologies de pointe, mais surtout avec des personnes auxquelles on vient en aide dans des moments difficiles.

 

Frédéric Dubois

Frédéric Dubois, Direction de la Communication de l'Espace Santé de l'ISPPC.