La sieste au travail: une bonne ou mauvaise idée?

Café, chocolat et autres boissons énergisantes: on abuse de pas mal de choses pour garder les yeux ouverts au bureau. Il serait toutefois préférable de répondre à notre besoin de somnolence, expliquent nos confrères du Vif.be.

Sieste

De nombreuses grandes sociétés, à la culture d'entreprise avant-gardiste, telles que Google, Uber ou encore Ben & Jerry’s, autorisent d'ailleurs leurs employés à faire la sieste pendant les heures de travail. Chez Google, par exemple, les employés peuvent dormir vingt minutes dans des capsules dédiées à cet effet.

"J'encourage les siestes partout où je donne des conférences. Si vous pouvez offrir cette opportunité à vos employés, alors faites-le", explique Annelies Smolders, une experte en sommeil et auteure de Start to Sleep. Mais malheureusement, la sieste sur le lieu de travail reste tabou.  "Pour beaucoup d'employeurs, on dort à la maison. Et au travail, il s'agit d'être performant avant tout. Alors que celui qui a de bonnes nuits de sommeil et bénéficie en plus de la possibilité de faire une microsieste sur son lieu de travail gagnera en productivité et en créativité." Selon l'experte en sommeil, il faut oser regarder au-delà du nombre d'heures qu'une personne passe derrière son bureau. "Au bout du compte, c'est la qualité du travail qui importe."

Les bienfaits de la sieste au bureau, publiés dans une étude de la revue scientifique Nature Neuroscience, sont nombreux. Il a, entre autres, été démontré que la productivité des participants diminuait tout au long de la journée et que trente minutes de repos pouvaient être réparatrices. Les participants autorisés à dormir une heure sont même retournés à leur poste avec leur entrain initial. En outre, la sieste au travail pourrait réduire le risque de burn-out.  "La première cause d'un burn-out est le stress lié au travail, mais la deuxième est le manque de sommeil. Le repos constitue la meilleure source d'énergie", explique Annelies Smolders.

 

>> Découvrez toutes nos offres d'emploi 2018 

Retour à la liste