Le blog de Marsh: mercredi

Nom : Gaëtan Caeymaex

Formation : Licencié en droit.

Fonction : Claims Advisor (Responsabilité Civile)

Employeur : MARSH SA

 

En Belgique, Marsh est le leader du marché en tant que courtier d'assurances et conseiller en matière de risques. Près de 450 collaborateurs répartis dans 4 bureaux - Bruxelles, Antwerpen, Liège et Roeselare - se tiennent à votre disposition pour vous aider en matière de gestion des risques, de conseils, de négociation de polices d'assurances, de financement alternatif du risque et de services dans le cadre de la gestion de vos programmes d'assurances.

Nous délivrons ces services aux entreprises, aux associations, aux organisations professionnelles, aux institutions publiques ainsi qu'aux particuliers.

Nos services sont divisés en 28 secteurs, travaillant dans 58 domaines allant de « Accident management to Business Continuity, Property, Mergers & Acquisitions, General Liability and Professional Liability ». 

Marsh - à la fois comme Leader en Belgique et en tant que société faisant partie d'un groupe leader mondial - offre des opportunités d'emplois passionnants et des perspectives d’évolution.

 

La journée démarre par une discussion d’un cas litigieux soumis par une collègue dans un de ses dossiers Responsabilité Civile. Bien que l’assureur soit intervenu dans un premier temps pour prendre la défense des intérêts de son assuré face à la réclamation de tiers, il conteste à présent la couverture du dossier en se basant sur une clause du contrat d’assurance.

Puisque plusieurs cerveaux valent mieux qu’un, il est fréquent de demander l’opinion de collègues de la même spécialité sur un refus de couverture litigieux, une zone grise ou une clause contractuelle obscure, le but étant de comparer ses expériences et réflexions pour un service optimal aux clients. Convaincre l’assureur que la garantie d’assurance est acquise demeure l’enjeu principal.

Pour ce faire, une analyse rigoureuse des obligations de l’assureur implique souvent de remonter à la source du contrat, c’est-à-dire à l’intention des parties. L’intervention de nos collègues de la ‘production’ (en charge du ‘placement’ du contrat d’assurance auprès des compagnies d’assurance et donc de la négociation des droits et obligations des parties au moment de la souscription) permet souvent de dégager des pistes voire de résoudre directement le problème de couverture.

On s’attarde également sur les termes et la formulation utilisés dans le contrat d’assurance et leur donnons l’interprétation juridique appropriée, en tenant compte de la situation juridique particulière de l’assuré dans le dossier sinistre en question.

Les références aux dispositions légales et à la jurisprudence renforcent notre argumentation.

Les droits belges des obligations et des assurances sont en effet en toile de fond de la plupart de nos discussions juridiques dans les dossiers sinistres. D’autres branches du droit belge s’invitent parfois également (droit financier, droit des sociétés, droit social…).

Mais vu la dimension internationale des activités des sociétés clientes, une bonne connaissance du droit international privé est aussi indispensable.

Rendez-vous est pris avec quelques collègues d’autres départements pour un lunch au mess d’entreprise de notre siège à Bruxelles.

Autour d’un tournedos de thon, nous revenons sur les exploits de la veille de nos Diables mais aussi sur ceux du week-end dernier de courageux collègues ayant entrepris une course relais sous la pluie battante au même stade Roi Baudouin afin de récolter des fonds pour des organisations caritatives grâce au parrainage des participants.

L’après-midi est consacrée à la préparation des dossiers sinistres d’un important client en vue de la réunion de demain qui a pour but de revoir avec lui l’intégralité des dossiers en cours.

Cette préparation est entrecoupée de coups de téléphone de clients ou de collègues d’autres bureaux Marsh européens ou américains (parfois plus exotiques).

Les urgences de la veille doivent aussi être suivies et les clients informés rapidement de leur évolution. Une collègue improvise une visite chez un assureur afin de discuter de dossiers urgents et emporte sous le bras un de mes dossiers pour améliorer la compréhension de l’assureur et accélérer son intervention.

Retour à la liste